REFLEXION

TUNISIE : Démission attendue du gouvernement dirigé par Ennahdha

Face à une crise sécuritaire sans précédent, certains Tunisiens rêvent encore de «l'homme providentiel». Même chez les islamistes, c'est la déception. A l'image de Abdelfattah Mourou, cofondateur d’Ennahda, dont il est aujourd’hui vice-président ‘’mais sans pouvoir’’, précise-t-il inviter son parti à quitter le gouvernement.



‘’Ennahda en Tunisie existe depuis longtemps’’, a expliqué Cheikh Mourou, mais sous la forme de confrérie. C’est le problème, dit-il. En tant que parti, elle n’a rien entre les mains, elle ne connaît pas la réalité de la Tunisie, elle n’a pas de cadres qui puissent donner les solutions adéquates aux problèmes du pays». Alors le journal La Croix dans le troisième volet de sa série de portraits tunisiens, nous brosse aujourd'hui celui de Abou Yaareb Marzouki, «l'islamiste moderne» titre le quotidien catholique, Marzouki qui aime préciser tout de même que «la révolution n'est pas synonyme de laïcisation». L'homme, né à Ferryville, le petit Paris d'alors, près de Bizerte, a étudié la philosophie grecque puis française et arabe. Il se revendique aujourd'hui d'un «mouvement qui marie valeurs occidentales et éthique islamiste». On le voit dans son style vestimentaire sur cette photo d'illustration, petites lunettes rectangulaires, veste de costume ouverte sur une chemise bleue ciel, on est loin de la caricature. Marzouki estime que le parti islamiste a oublié ses promesses et perdu de vue les priorités : «la rédaction de la constitution, mais surtout la lutte contre le chômage et le soutien aux régions déshéritées». La Tunisie était en attente, mardi soir, d'une promesse de démission du gouvernement dirigé par les islamistes d'Ennahdha. L'annonce de leur départ du pouvoir doit permettre le lancement d'un "dialogue national" censé résoudre la crise politique paralysant le pays depuis trois mois. S'il respecte la feuille de route du "dialogue national" censée sortir la Tunisie de la crise politique, le parti islamiste Ennahdha devrait promettre, mercredi 23 octobre, la démission à venir du gouvernement. Cette feuille de route, rédigée par quatre médiateurs dont le puissant syndicat UGTT, prévoit que le cabinet en place annonce son intention de démissionner au premier jour des négociations - ce mercredi - et qu'un nouveau gouvernement apolitique soit formé dans les trois semaines suivant le début du dialogue. Elle prévoit aussi l'adoption, en un mois, d'une Constitution ainsi que d'un calendrier et d'une législation électorale. Une déclaration publique du Premier ministre Ali Larayedh est attendue mercredi vers 11h00 locale (10h00 GMT) après un conseil des ministres extraordinaire. "En principe, le gouvernement va annoncer son engagement à respecter la feuille de route (des négociations) et après quelques semaines sa démission", a indiqué mardi soir à la télévision le président de l'Assemblée nationale constituante (ANC), Mustapha Ben Jaafar.
Maintenir "la pression" sur Ennahdha
Le début des négociations coïncide avec le deuxième anniversaire de l'élection de l'ANC, qui avait porté les islamistes d'Ennahdha au pouvoir le 23 octobre 2011. Jusqu'à présent, le Premier ministre a promis de quitter ses fonctions une fois la Constitution, attendue depuis deux ans, adoptée. L'opposition fait pour sa part du départ du gouvernement un préalable. La soixantaine de députés d'opposition boycottant l'ANC depuis le début de la crise politique, déclenchée par l'assassinat de l'opposant Mohamed Brahmi, le 25 juillet, ont indiqué mardi avoir reçu des assurances sur la démission du cabinet. "Le dialogue national va commencer avec un engagement franc du chef de gouvernement en vertu duquel il s'engage à présenter sa démission conformément à la feuille de route et dans les délais qu'elle mentionne", ont-ils indiqué dans un communiqué.

Ismain
Mercredi 23 Octobre 2013 - 22:00
Lu 100 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+