REFLEXION

TRIPARTIE ET ELECTION PRESIDENTIELLE : Un pacte de stabilité ?



Annoncé en grande pompe, la tripartite qui a réuni jeudi le gouvernement, le patronat et l’UGTA s’est achevée comme elle a commencé : sans annonces spectaculaires.  A peine quelques engagements, comme c’est souvent le cas en pareille circonstance, et des promesses pour redynamiser le secteur industriel, améliorer le climat des affaires, aider le secteur privé et combattre la bureaucratie. Maître de cérémonie, Abdelmalek Sellal, promet d’intensifier ses efforts pour combattre « la bureaucratie, les passe-droits, simplifier les procédures, débroussailler le maquis des lois, de règlement et directives qui rendent complexe le passage d’un projet à sa phase de réalisation». Aux investisseurs, il promet de revoir le rôle de l’ANDI et aux entrepreneurs privés, il promet le soutien de l’Etat. Mais aucune annonce en direction des travailleurs ou des ménages. Même s’il a fait état de quelques entraves qui freinent l’investissement, le patronat est sorti globalement « satisfait » de cette rencontre. «Il y a aujourd’hui plus de volonté d’ouverture vers le secteur économique privé», se félicite Reda Hamiani, président du FCE. Quant au patron de l’UGTA, Abdelmadjid Sidi Said, il affiche sa préférence pour le « dialogue » et se dit hostile à la protestation. C’est dire que l’heure, chez la centrale syndicale, est au « consensus ». Dans un contexte marqué par la proximité de l’élection présidentielle, il apparaît donc évident que le gouvernement est en quête d’abord d’un large consensus pour passer l’écueil du prochain rendez-vous électoral sans encombres. Et rien de mieux que de rassurer tous les partenaires sociaux, même si parfois les intérêts sont divergents. Sinon comment expliquer ce rapprochement entre le patronat et l’UGTA. Mais comme le front social demeure incertain, et que des perturbations ne sont pas à exclure, Sidi Said anticipe pour appeler le gouvernement à programmer une autre tripartite sociale. C’est dire que la tripartie de jeudi s’apparente beaucoup plus à un pacte pour la stabilité en perspective des prochaines échéances électorales qu’un jalon pour le renouveau industriel.                                 

Nadine
Samedi 12 Octobre 2013 - 22:00
Lu 38 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+