REFLEXION

TRIBUNAL CRIMINEL DE MOSTAGANEM : Un procès passionnant où l’intime conviction a prévalu



La troisième et dernière session criminelle de l’année courante, a été  clôturée, par un remarquable procès qui s’est déroulé dans une atmosphère  juridique rare de nos jours,  dans la  mesure où la défense et le tribunal se sont  croisé  l’épée de droit de sorte que le  moindre détail n’a été laissé au hasard.  Il s’agit d’une énigmatique affaire de  tentative d’assassinat où le mystère est resté plein et entier  selon l’arrêt de renvoi en date du 21 mars 2010 le dénommé K- Bendehiba, a informé les éléments de la gendarmerie nationale que son fils K Rachid âgé de 27 ans est hospitalisé au secteur sanitaire d’Ain Tèdles, depuis le 15 mars après  avoir été  agressé grièvement à l’arme blanche   par les dénommés B Belkacem et B Mohamed.  suite  aux déclarations de la victime, ces agresseurs  se sont  rapprochés  de lui pour les transporter  de Bougiurat à Sidi Khettab à bord de son véhicule Renault  18 après avoir négocié le prix de 600 DA. A moitié du chemin et  à proximité de la localité de Saf-Saf le passager de l’avant a saisi  l’opportunité pour lui administrer  plusieurs coups de couteau. La tentative  vouée à l’échec, les  agressons ont disparu  dans la foret.  Au terme des enquêtes auditions  et phases d’instruction y afférentes,  la chambre d’accusation a accusé B Mohamed et- B Belkacem de tentative d’homicide volontaire avec  préméditation et guetapens, réprimés par les  articles 30-254-256-256-257 et 261 du code pénal et renvoi de  l’affaire devant le tribunal criminel  les deux accusés qui se sont  succédés à la barre n’ont cessé de clamer leur innocence. Malgré les questions pertinentes du président Bettayeb Abdelaziz, les répliques nettes claires et précises du représentant  du ministre public des interventions ordonnées de la partie civile représentée par maître Kaid Omar, les accusés, la tête  bien sur les épaules, n’ont fait que maintenir leurs propres déclarations.  Au terme des débats maitre  Kaid-Omar de la partie  civile, lors d’une brillante plaidoirie a tenté  de confondre les accusés tout en mettant en exergue les éléments contenus dans le dossier ainsi que le certificat médical qui  stipule 7coups de couteau.  Le représentant du ministère public Kada Aoudia, très rompu au réquisitoire sans bavures ni superfluités et d’une logique troublante, après avoir développé son intervention, sur  les faits qui ont caractérisé ce crime tout  en mettant en  relief  l’oralité des débats requiert l’application de la loi maitre Benkritly de la défense redoutable avocat  pénaliste, pour son adversaire avec des  accents vibrants a décortiqué le dossier  jusqu'à ses plus infinies éléments pour éclairer   le tribunal sur certaines  zones d’ombre  plaidant non coupable avec talent et  probité demande l’acquittement pur et simple ce qui d’ailleurs a été confirmé par le tribunal à l’issue des délibérations.                    


SAA
Lundi 20 Décembre 2010 - 11:02
Lu 710 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+