REFLEXION

TRIBUNAL CRIMINEL D’ORAN : Perpétuité pour un baron de drogue utilisant des véhicules ANSEJ

La section judiciaire près le tribunal criminel de la Cour de justice d’Oran, a prononcé, à l’encontre de l’un des plus dangereux barons de trafic de drogue en fuite, une condamnation à perpétuité, au moment où l'un de ses partenaires a bénéficié d’un non lieu, pour leur implication dans une des plus grandes opérations de contrebande internationale de drogue à travers la frontière algéro-marocaine.



L'implication du principal baron dans la contrebande d’une importante opération de 920 Kg de kif traité, a été prouvée, soit près d’une tonne, de ces toxines, en plus d’une autre opération, que lui et son partenaire étaient sur le point de conclure  des accords pour la contrebande d’une quantité estimée à 30 kg de kif traité, en profitant de transporter leur poison dans des véhicules ANSEJ, dans le cadre de l’emploi des jeunes, tout en circulant avec des documents falsifiés pour échapper à l'emprise des barrages routiers dressés par les services de sécurité, où la preuve de leur implication et de leurs partenaires est irréfutable dans la contrebande d'importantes quantités de kif traité pour leur commercialisation à travers de nombreux régions du pays  et même au sud et à l'est du pays, en coordination avec les réseaux criminels dont le nombre de leurs membres dépasse les 17 accusés, dont 10 parmi eux ont été arrêtés et déférés récemment devant la justice, où ils ont écopés de différentes condamnations. Quant au parquet général, ce dernier a requis la prison à perpétuité contre les deux accusés dans cette affaire, ainsi que leurs complices en état de fuite, et activement recherchés par les autorités sécuritaires, où ils ont été poursuivis sur des accusations de trafic et de commercialisation internationale de drogue, au sein d'un réseau criminel organisé, de faux et usage de faux sur des documents officiels.  Les faits de cette affaire remontent au mois de Novembre 2012, sur la base d’informations crédibles ayant atterries auprès des éléments de la sécurité militaire relevant de la 2ème région militaire, précisant la présence d’un réseau criminel que ses membres activent dans le cadre du trafic de drogue, et qu’ils étaient sur le point de conclure des accords pour un marché de contrebande pour faire acheminer une quantité importante de kif traité dans la zone qui s’étend de la région de Maghnia à Oran. Aussitôt informés, les agents des services de sécurité militaire ont intensifié des patrouilles, ainsi que la mise en place de barrages routiers à travers plusieurs points noirs bien connus et exploités par les barons dans les différents types de contrebande, notamment le trafic de carburant, sachant qu’une quantité importante de drogue est sur le chemin  de la traversée. Après des recherches et surveillance, il a été procédé à l’arrestation à la date ci-dessus de deux véhicules, l'un de type « Mercedes » et l'autre, une « Peugeot 207 » qui  ont été interceptées en provenance de la ville de Maghnia,  où l’opération de fouille a mené à la découverte à l'intérieur de la première voiture de 920 kg de kif traité, emballés dans des cartons portant des signes que seuls les barons pouvaient déchiffrer, en plus d’un équipement qui sert à la découpe du kif et son emballage. Arrêté, le suspect sera emmené pour être soumis à une enquête, au moment où l’accusé principal qui avait la mission de sécuriser la route, a réussi à s’échapper, tandis que le conducteur de la Mercedes  a reconnu les faits qui lui sont reprochés, en indiquant qu’il est originaire de Maghnia, ce dernier a également tout avoué à la police judiciaire en leur donnant toutes les informations relatives au transport et au stockage de la marchandise en déclarant qu'il a été chargé par le  baron à transporter la cargaison de drogue en échange d'une récompense matérielle. Le suspect a également informé la police judiciaire sur la présence d’une autre quantité de drogue, estimée à 31 Kg, stockée à l'intérieur d’un entrepôt à Maghnia, prête à la commercialisation. Deux véhicules ont été également saisis où il est apparu qu’ils ont été acquis de l’ANSEJ, dans le cadre de l’emploi des jeunes et qu’ils circulaient avec de faux documents. Lors de l'audience, la défense de l’accusé a demandé que la peine soit allégée du fait que leur mandant a été mêlé dans cette affaire de contrebande de drogue par des barons qui se servent des jeunes dans leur opération de contrebande de drogue. 

Touffik
Samedi 13 Juin 2015 - 17:54
Lu 322 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+