REFLEXION

TRIBUNAL CRIMINEL D’ORAN : 20 ans de réclusion pour le tueur ivre



Avant-hier, les membres du tribunal criminel d’Oran ont statué  sur une affaire de meurtre commis l’année dernière par le dénommé B.M. contre son jeune voisin de haï Ennour, un groupe d’immeubles récemment construit à l’est d’Oran. Tout est parti d’une plaisanterie banale entre voisins de quartier. Le meurtrier avait été affublé d’un surnom qui ne lui plaisait pas, a-t-on appris. Et ce soir-là, la victime qui se trouvait parmi un groupe de jeunes du quartier avait, par taquinerie, appelé son futur tueur par ce nom que celui-ci détestait.  Sans rien dire, il rentre chez lui pour ressortir un instant plus tard  avec un couteau à la main, va appelle la victime chez elle. Celle-ci se présente sans méfiance, lorsqu’il lui enfonce, sans crier gare, la lame dans la poitrine. Celle-ci, atteinte en plein cœur, a rendu l’âme dans les minutes qui ont suivi. Devant le tribunal, l’accusé n’avait pas cherché à nier les faits. Il tout simplement déclaré qu’il était ivre et qu’il n’avait pas du tout l’intention de tuer.  Il a demandé pardon aux parents de la victime, répétant une nouvelle fois, à leur attention, qu’il n’avait pas frappé pour tuer. La présidente du tribunal a fait remarquer à l’accusé qu’il était allé chez lui chercher un couteau. Le prévenu  a encore une fois cherché à mettre son geste sur le dos de l’alcool en affirmant qu’il était ivre et n’avait pas tous ses esprits, qu’il n’était pas  maître de son comportement. De plus, a-t-il dit, la victime était armée, elle aussi, et que son coup était un geste de défense. Une allégation réfutée par des témoins qui ont déclaré que la victime ne portait aucune arme. Mais, sans doute, pour le procureur général le fait était là. A l’issue de son réquisitoire, le représentant du ministère public a réclamé la réclusion à perpétuité pour l’accusé. Devant les faits, la défense ne pouvait rien plaider à part demander le bénéfice des circonstances atténuantes. Le tribunal s’est retiré pour délibérer, et au retour, il prononça la peine de 20 de réclusion pour le dénommé B.M.         

A.Salim
Vendredi 21 Janvier 2011 - 23:01
Lu 414 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 10-12-2016.pdf
3.37 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+