REFLEXION

TRIBUNAL CRIMINEL D’ORAN : 2 trafiquants de drogue condamnés à 20 ans de réclusion

Le tribunal criminel près la Cour de justice d’Oran, a prononcé en fin de semaine écoulée, une peine de 20 ans de réclusion criminelle contre deux personnes répondant aux initiales de Y. D et A. D, suite à leur implication dans une affaire de détention et de commercialisation de drogue, au sein d’un réseau criminel organisé.



Les faits de cette affaire remontent au mois d’août 2014, suite à un barrage routier dressé par les services de la gendarmerie Nationale à Maghnia, où ils ont arrêté un véhicule de type « Kangoo », dont le conducteur a refusé de se soumettre aux ordres des gendarmes, en stationnant la voiture au milieu de la route, avant de tenter de fuir, en jetant les clefs par terre. N’ayant pas réussi à s’échapper, le suspect Y. D se fait arrêter par les gendarmes, et il a été découvert à l’intérieur de son véhicule une quantité de près de 15 quintaux de kif traité, dissimulée avec dextérité et prête à la commercialisation. L’accusé a reconnu les faits qui lui sont reprochés en déclarant, que les toxines sont la propriété du dénommé B. M, et que ce dernier introduit la drogue à travers la frontière en la récupérant à partir du Maroc. L’opération de perquisition de son domicile, a conduit à la saisie d’un véhicule de type « Mercédès », utilisé pour le transport de la drogue, en plus d’une somme d’argent de 20 millions de centimes, revenu des ventes du ‘’poison’’. Il a été également procédé à l’arrestation du dénommé A. D, après que son nom ait été évoqué par le principal accusé, le dénonçant d’avoir toujours tenu compagnie à B. M, dans ses pérégrinations au Maroc, pour ‘’récolter’’ les toxines. Ce dernier a nié au cours de son interrogatoire, les faits qui lui sont reprochés, en déclarant que toutes les déclarations avancées par le principal accusé ne sont que de fausses allégations. Cependant, les investigations ont démontré que le véhicule « Mercédès », saisi avait été utilisé dans une autre affaire de trafic de drogue, et qu’il a été vendu aux enchères, avant qu’il ne soit acheté par le principal accusé.

Touffik
Dimanche 24 Janvier 2016 - 17:53
Lu 271 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+