REFLEXION

TRIBUNAL CRIMINEL D’ORAN : 2 ans de prison pour le violeur d’une mineure à Sidi El Bachir

L’instance judiciaire compétente près le tribunal criminel, près la Cour de justice d’Oran a condamné, avant-hier, un jeune homme d’une trentaine d’années qui avait exercé en tant qu’agent de nettoyage à la commune de Bir El Djir, à une peine de 2ans de prison ferme pour son implication dans une affaire d’attentat à la pudeur contre une mineure scolarisée dans l’un des CEM dans la région de Sidi El Bachir.



La genèse de cette affaire remonte à la date du 18 Avril 2014, ce jour où la mère de la victime accompagnée par sa fille mineure s’est rapprochée auprès des services sécuritaires en vue de déposer une plainte officielle évoquant l’enlèvement de sa fille mineure par un jeune homme de la région suivi d’un viol, un acte indécent confirmé par une attestation médicale  jointe à la  plainte. Au reçu de l’information, les éléments de la brigade de la gendarmerie nationale ont lancé une enquête approfondie appuyée par les caractéristiques du suspect signalés par la victime, où il a été constaté que le jour de l’incident, alors que la jeune fille sur son chemin pour rejoindre son école, elle se fait accoster par l’accusé qui lui demanda de lui donner son numéro de téléphone. Ayant refusé à répondre à la demande de l’accusé, selon les investigations menées par les gendarmes, ce dernier se révolta et emmène de force la victime sous la menace vers un lieu isolé avant d’attenter à sa pudeur, et l’abandonner à son triste sort. Lors de la comparution de l'accusé devant le juge d'instruction, il a rejeté l'accusation portée contre lui, en déclarant qu'il s’agit d’un complot monté de toute pièce par la victime contre lui, parce qu'elle avait une relation avec quelqu'un d'autre et qu'il avait l’intention de tisser avec elle une relation de façon légitime, ce sont les mêmes déclarations qu’il a rapportées avant-hier devant l’instance judiciaire, tandis que sa défense a demandé une réduction maximale de la peine contre son client, où le tribunal après délibération a prononcé la peine citée supra.

G. A
Mardi 19 Avril 2016 - 19:12
Lu 307 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+