REFLEXION

TRIBUNAL CRIMINEL D’ORAN : 12 ans de réclusion pour le chef d’un réseau de trafic de drogue



Il a comparu en fin de semaine devant le tribunal criminel près la Cour de justice d’Oran, un individu âgé d’une quarantaine d’années qui conduit un réseau criminel international spécialisé dans la contrebande et la commercialisation de kif en échange de carburant destiné vers le Maroc, où les membres de son réseau activent à travers la frontière entre le Maroc et l’Algérie en utilisant des ânes pour le transport de la marchandise interdite. Les éléments de son réseau ont été arrêtés suite à la mise en échec d’une opération de contrebande d’une quantité importante de 06 quintaux de kif traité en provenance du Maroc chargée sur des ânes, où le tribunal criminel avait prononcé contre l’accusé, une peine de 12 ans de prison ferme. Les faits de cette affaire selon le déroulement du procès, remontent à la saison d’été 2013, suite à des informations crédibles qui avaient atterri auprès des éléments de la police judiciaire relevant de la Sûreté de wilaya de Tlemcen, sur la présence d’activités intenses de contrebande de drogue et de carburant vers le Maroc, et suite à cela les éléments de la brigade de recherche et de lutte contre le trafic de drogue, ont accentué des rondes et embuscades à travers les sentiers ouverts de façon illégale à travers la frontière par les contrebandiers,  jusqu’au moment où ils ont réussi à déjouer une opération de contrebande d’une importante quantité de drogue chargée sur des ânes, et l’arrestation de six membres du réseau. Ces derniers soumis à une enquête, il est apparu qu’ils activent dans un réseau conduit par le principal accusé, impliqué dans cette affaire de contrebande en complicité avec des barons marocains qui lui fournissent de la drogue en échange de carburant. Au cours de l’audience, l’accusé s’est abstenu sur ses premières déclarations, en niant toute implication dans cette affaire, en précisant que son nom et son identité ont été prononcés par les accusés lors de leur interrogatoire, pour se venger de lui et régler avec lui des comptes pour de vieilles histoires, une thèse sur laquelle s’est reposée sa défense lors de sa plaidoirie devant le tribunal, tout en demandant les circonstances atténuantes à l’encontre de son client.             

Touffik
Samedi 7 Novembre 2015 - 17:50
Lu 128 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+