REFLEXION

TRIBUNAL CORRECTIONNEL D'AKBOU : Les 8 non-jeûneurs relaxés



TRIBUNAL CORRECTIONNEL D'AKBOU : Les 8 non-jeûneurs relaxés
Les huit non-jeûneurs, contre lesquels deux à cinq ans de prison ont été requis au tribunal correctionnel d'Akbou, ont été finalement relaxés. Les prévenus avaient été arrêtés fin août par la police dans la localité d'Ighzer Amokrane, à une dizaine de kilomètres d'Akbou, près de Béjaïa, en Kabylie, alors qu'ils buvaient du café dans un local commercial fermé, selon un de leurs avocats, Me Abderrezak Ammar-Khodja.Ils ont été inculpés d'atteinte aux "préceptes de l'islam", ce qui est punissable de deux à cinq ans d'emprisonnement.A l'ouverture du procès, le procureur a requis "l'application de la loi en vertu de l'article 144 bis 2 du code pénal", a indiqué par téléphone à l'AFP un responsable de la Ligue algérienne de défense des droits de l'Homme, Saïd Salhi.Un collectif d'avocats s'est constitué pour les défendre et ils s'appuient, a-t-il expliqué à l'AFP, sur "l'artice 36 de la Constitution relatif à la liberté de conscience et d'opinion".A l'extérieur du tribunal, une importante manifestation était organisée en présence d'associations de défense des droits de l'Homme, de partis politiques et d'habitants de la région, selon des témoins.Sept des huit accusés, avaient été remis en liberté après avoir été interpellés fin août tandis que le huitième, le propriétaire du local dans lequel les hommes avaient été découverts, a été placé en détention provisoire jusqu'au 6 septembre.Plusieurs procès ont été intentés ces derniers mois contre des Algériens pour "non respect des préceptes de l'islam", notamment des chrétiens.Mi-octobre, un jeune, Fares Bouchouata, a écopé de deux ans de prison ferme et de 100.000 dinars (1.000 euros environ) d'amende pour n'avoir pas jeûné fin août durant le ramadan à Oum El Bouagui, à environ 500 km au sud-est d'Alger, selon la presse algérienne.Toutefois, le procureur s'était ensuite justifié, selon le journal Al-Watan Week-end, en indiquant que ce dernier avait aussi été condamné pour destruction de bien d'autrui en ayant cogné sa tête contre un vitre du commissariat qu'il avait brisée.Deux chrétiens non jeûneurs avaient été relaxés le 5 octobre à Ain el Hammam dans l'est algérien alors que le procureur avait requis trois ans de prison ferme. Un juge de ce tribunal kabyle avait prononcé un non-lieu car "aucun article (de loi) ne prévoit de poursuite" dans le cas de non respect du jeûne durant le ramadan.

Ismain
Mardi 9 Novembre 2010 - 00:01
Lu 549 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+