REFLEXION

TRENTE ALGERIENS COMBATTENT EL-ASSAD EN SYRIE : L'Algérie part en guerre contre les jihadistes

Parmi les 6.000 terroristes étrangers, tués dans les combats en Syrie, 273 Algériens auraient été tués selon un rapport publié par l’agence de statistique américaine PentaPolis. Un chiffre qui reste difficile à vérifier, d’autant plus que les officiels algériens parlent de trente seulement.



Le nombre de jihadistes algériens  qui combattent en Syrie pour le compte de Jabhat al-Nusra, affilié à al-Qaida, et pour d'autres groupes est  qui sont tombés dans les batailles  sont moins de trente, selon les officielles. Ce nombre de combattants algériens est l'un des plus faibles au Maghreb et dans le monde arabe. Alors que les autorités algériennes, s'attendaient à une augmentation du nombre d'Algériens prêts à rejoindre l'opposition armée en Syrie, en particulier après les appels au jihad lancés par certains imams. Or, c'est l'inverse qui s'est produit. Le principal facteur dans cette forte baisse du nombre de combattants en partance pour la Syrie tient à l'infiltration et au démantèlement des cellules de recrutement, a expliqué une source sécuritaire algérienne. Un autre facteur a été le refus d'al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) d'apporter son soutien au jihad en Syrie. Le mouvement considère en effet comme "illégitime" la lutte de jihadistes nord-africains en Syrie, par suite des fronts déjà ouverts en Algérie et dans le nord du Mali. S'y ajoute la question de la discrimination. Les jihadistes arabes non-syriens sont suspects, au point que les commandants sur le terrain refusent de leur confier des responsabilités. Il n'y a pas que les chiffres du recrutement qui soient en baisse. Le nombre d'Algériens tués en Syrie est également faible par rapport au nombre de tués originaires d'autres pays du Maghreb, en particulier tunisiens et libyens. Outre la campagne sécuritaire destinée à traquer les réseaux de recrutement, les prédicateurs et les théologiens ont lancé de nombreux appels demandant aux jeunes de ne pas se laisser duper par les fatwas appelant au jihad en Syrie. "Ce soi-disant jihad en Syrie est en réalité un combat séditieux", a expliqué Cheikh Chemseddine lors d'un appel lancé sur une chaîne de télévision privée « Ennahar ». Il a également critiqué le "jihad annikah", où des femmes et des filles originaires de Tunisie et d'autres pays partent en Syrie pour y jouer le rôle de femmes temporaires pour les insurgés. Pour sa part, un spécialiste militaire  algérien, impute cette baisse aux succès enregistrés par les services de sécurité dans le démantèlement des cellules de recrutement jihadistes. "La surveillance menée par les services de sécurité et les contrôles à la frontière orientale ont contribué de manière importante à la baisse du nombre de jeunes partant en Syrie via la Libye, puis la Turquie.
Rappelons que, le rapport de l’agence de statistique américaine , publié par le site Algérie patriotique , révèle que le nombre de victimes d’origine arabe dans les rangs de la rébellion armée syrienne est en hausse. Ces statistiques, établies sur la base d’actes de décès des combattants étrangers morts en Syrie délivrés dans leurs pays d’origine, montrent que ces djihadistes sont de 49 nationalités. En ce qui concerne les pays arabes, les Tunisiens viennent en tête avec 1 902 morts, suivis des Libyens (1 807), des Irakiens (1 432), des Palestiniens (1 002), des Libanais (828), des Egyptiens (821), des Saoudiens (714), des Yéménites (571), des marocains (412), et des Algériens en dixième position (273).
 

Riad
Dimanche 29 Septembre 2013 - 22:00
Lu 469 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+