REFLEXION

TRANSPORT URBAIN A MOSTAGANEM : Pas de transport après 18 heures

Les transporteurs privés assurant des liaisons à partir de la station Aïn Sefra au centre ville vers les quartiers de Kharrouba à savoir 544 lotissements, Hai Salem et 60 logements, cessent de travailler, pour la plupart, à partir de 18 heures laissant dans une situation désolante des centaines de personnes.



En effet, Le transport urbain des usagers en bus privés est devenu un réel calvaire au quotidien, au vu et au su de tout le monde, sans que des mesures d’amélioration ne soient prises par les différents responsables en la matière car les prestations laissent à désirer, à plus d’un titre. Aussi, le premier indice de cette situation, c’est la surcharge (plus de passagers debout qu’assis), le second les arrêts prolongés mettant les gens à bout de nerf, le troisième et pour combler la panoplie, le langage de basse classe de certains receveurs. Devant cet étalage de problèmes auxquels subissent les usagers, imaginons un ennui mécanique ou un court circuit et comment tout ce monde peut quitter le bus ? Sans commentaire. A titre indicatif, le parc du transport urbain privé seulement à la ville de Mostaganem ne compte pas moins d’une quarantaine de bus dont quelques uns sont devenus des sources de pollution par excellence sans oublier l’état lamentable des sièges et l’absence d’hygiène. Ce qui a fait dire un vieux : on nous considère comme du bétail. A ce sujet, il devient impératif la mise en place d’une réglementation rigoureuse dans ce secteur du transport urbain privé livré pour le moment au diktat (le mot n’est pas gratuit) des transporteurs avides de se remplir les poches au détriment des usagers dans l’attente d’une amélioration hypothétique. A Mostaganem, le secteur du transport urbain privé a besoin d’une thérapie car il est bien malade et on ne guérit pas le cancer avec des cachets d’aspirine et l’exemple est la meilleure des solutions. La réglementation est totalement ignorée par les exploitations et la réplique des receveurs pour les mécontents entassés est la suivante : « prenez un taxi ». Enfin, depuis la mise en service des entreprises privées de taxi beaucoup de citoyens se sont dirigés vers celles-ci malgré le prix exorbitant de la course, à cause des conditions de déplacement, de l’accueil, de l’hygiène, etc… qui doivent servir de modèle aux autres privés.

M. Touati
Mercredi 19 Janvier 2011 - 11:19
Lu 435 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 06-012-2016.pdf
3.51 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+