REFLEXION

TRAMWAY D’ORAN : Le vide de la communication comblé



TRAMWAY D’ORAN : Le vide de la communication comblé
Afin de tenter de combler un « déficit en communication » présenté à tort comme le handicap majeur forgeant la colère sociale autour du programme concernant le projet du tramway un espace de 27m2 a été aménagé au niveau de la place du 1er novembre (ex-Place d’Armes) pour informer et sensibiliser les citoyens de la ville sur l’intérêt à accorder à ce mode de transport. Ce centre d’information installé par les sociétés concernées par la réalisation du projet restera ouvert quelques semaines pour présenter aux oranais de passage des explications grâce à des shémas qualifiés de ‘’didactiques’’ et pédagogiques. L’espace de communication présente donc la nature du projet, les communes et quartiers desservis, les 32 stations d’arrêt à partir de la place du 1er novembre jusqu’au terminus de la Senia, les parcs relais, les 4 pôles d’échanges et le garage auxiliaire d’Es-Senia. L’initiative serait donc à saluer et à applaudir, s’il n’y avait pas hélas cette écrasante atmosphère d’incertitude et d’inquiétude sur les réelles possibilités d’intégration d’un tel projet sur un tissu et un sous-sol urbain spécifiques marqués par mille et une contrainte non maîtrisées. Tandis que beaucoup d’oranais se demandent encore si le passage du tramway reste vraiment utile et possible sur l’avenue de St-Eugène où la rue de Mostaganem rien de convaincant ne leur est donné par le «centre d’information » en réponse à leurs lourdes interrogations, bien au contraire, de folles rumeurs envahissent la ville à propos des prochaines annulations de tronçons dans certains endroits de la ville connus pour la fragilité du bâti et les rues plus étroites. Et à défaut de convaincre et de rassurer par des arguments crédibles, les officiels concernés restent figés dans une curieuse posture d’indifférence face aux contraintes et aux doléances exprimées par une majorité d’oranais « mille excuses aujourd’hui pou mille avantages demain » n’est plus depuis longtemps un slogan porteur de calme et d’adhésion sociale autour de ce projet. Visitant l’espace, le wali d’Oran a lui-même vigoureusement dénoncé les retards et les désagréments qui occasionnent les différents chantiers du tramway à travers plusieurs quartiers de la ville. Il refusera même de recevoir le directeur général de Tramnour, qui lui aurait demandé une audience tant que les travaux sur chantiers ne se font pas en brigades de trois fois huit « c’est une société qui a soumissionné et qui a décroché le marché  qu’elle fasse tout simplement son travail et rattrape le retard » a déclaré le wali étonné d’entendre le délai de septembre 2012 avancé par les concernés comme date de livraison du projet ‘’je vous met en défit de respecter ce délai’’ lancera le responsable local au réalisateur du projet. Il résumera ainsi à sa façon tous les doutes et les incertitudes partagées marquant ce grand projet controversé. La vieille carcasse de l’hôtel Château Neuf, le grand hôtel Hayat Regency, la carcasse de l’ex-palais des congrès et bien d’autres structures construites inutilement ou non achevées sont bien la preuve qu’à Oran, tous les délires urbains sont possibles. Puisse Dieu nous préserver du pire.

N.Bentifour
Dimanche 2 Janvier 2011 - 11:46
Lu 504 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+