REFLEXION

TRAMWAY D’ORAN : Des milliers d’Oranais l’empruntent journellement

Tramway Satisfaction et appréhension. Depuis plus d’un mois, le tramway d’Oran est fonctionnel, drainant journellement une foule conséquente de passagers. Toutefois, certaines critiques ne manquent pas d’être émises...Voilà déjà plus d’un mois que le tramway d’Oran a été inauguré en grandes pompes par les autorités.



Il a drainé, depuis, une foule plus ou moins conséquente de passagers : journellement, des milliers d’Oranais l’empruntent, satisfaits de «rouler» dans un moyen de transport, à la fois neuf moderne et écologique. Cependant, un mois après sa mise en service, certaines critiques sont émises par des usagers «pointilleux» et à cheval sur le moindre détail. Tout d’abord, d’aucuns reprochent, à juste titre, l’emplacement de la billetterie à un lieu plus ou moins éloigné de la station. Ces petits kiosques, aux couleurs du tramway, d’où on achète les tickets, sont situés bien loin des stations: parfois même, ils se trouvent carrément de l’autre côté du boulevard, obligeant de facto les usagers à traverser la rue pour pouvoir se munir  de tickets. «C’est aberrant et dangereux ! nous dira un usager. Imaginez : le tramway arrive, un gars est pressé, il court pour acheter son ticket et ensuite, de peur de le rater, il se précipite à traverser la rue, sans regarder à droite ni à gauche. Cela peut encourir des accidents bêtes, alors que le mieux aurait été que ces petits kiosques soient mitoyens des stations, ou tout au moins, les jouxtant». D’autres usagers nous ont fait part de leur déception pour ce qui concerne le service nocturne : «le tramway doit être fonctionnel jusqu’à 23h30, or, le dernier service est assuré à 21h50. Les agents nous assurent que démarrant à 21h50 du terminus d’Es-Sénia, il arrivera aux alentours de 23h30 à la gare routière de Sidi Maârouf. Mais cela reste bel et bien frustrant, car  au départ, on pensait que le dernier service sera assuré à 23h30 et non pas qu’il s’arrête de rouler à cet horaire».Toujours à propos du service nocturne, on remarquera que les réverbères implantés le long du tracé, sont éteints dans la partie qui couvre le centre-ville. «Sans doute a-t-on pensé que les néons blafards du centre-ville sont assez puissants pour illuminer le tracé, mais cela est une grosse erreur : si on excepte la Place d’Armes, les réverbères du centre-ville, que ce soit au boulevard Maâta au boulevard Emir Abdelkader ou encore à la rue de Mostaganem sont très défaillants, aussi, le recours aux nouveaux réverbères était plus que souhaitable».De l’avis de tous, pour remédier à ces quelques couacs, somme toute sans grande gravité, il est nécessaire de mettre en service la totalité des rames, au nombre d’une trentaine. Pour l’heure, ce ne sont pas plus de 12 rames qui assurent le service, avec des rotations, atteignant parfois les 20 minutes. «Si toutes les rames étaient mises en service, la rotation serait de 4 minutes et on aura affaire à des rames fluides et non condensées de passagers. Il sera alors agréable de voyager en tramway». Mais pour l’heure, la SETRAM préfère la prudence et se refuse à actionner les autres rames. «Déjà, avec seulement 12 rames, et une rotation de 15 à 20 minutes, le tramway a heurté une voiture, nous dira un agent. Imaginez quel serait le scénario si une rame passait toutes les 4minutes ! D’où la nécessité de donner le temps aux Oranais pour s’y habituer». 

Réflexion
Mercredi 5 Juin 2013 - 08:35
Lu 449 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+