REFLEXION

TRAIT D'UNION : Salah Eddine sera-t-il de retour ?



El Qods depuis sa création a été le théâtre de conflits inter religieux et confessionnels, déchirée entre les entités, pour se raconter, tout au long du temps et les millénaires d'histoires qu'elle aura engendré dans ses éphémérides, par la mémoire qui ne peut se substituer à ces lieux saints, devenue la proie de prédateurs volontaires, qu'elle n'aura certainement pas choisie ou souhaitée. Seul son indéterminisme pourrait lui redonner sa vivacité et sa cohésion, cependant elle sera toujours accablée, par les dogmes et l'intolérance des hommes, dans la revendication guerrière, cumulant les drames dans leurs successions et que des hommes dénaturent historiquement, allant jusqu'à oublier les enseignements de Dieu, que l'histoire aura confronté dans son message divin. El Aqsa tout comme la Palestine raconte l'histoire des hommes marqués par la haine, le fanatisme, dans l'indignation et la perversité inqualifiables subissant le sionisme aveugle qui n'a aucune morale, pour sentir les murailles de cette vieille ville trembler, dans le murmure de ses fondations et sous le poids de l'âge. Il ne reste aujourd'hui que des vestiges du passé pour former le vœux qu'un autre Salah Eddine vienne à son secours, préserver ses lieux et son intégrité en attendant que la délivrance vienne enfin de ces arabes qui se consument et se confrontent dans l'oubli des enseignements et recommandations de dieu et du prophète que le salut soit sur lui, pour cette perle de l'orient qui attend avec impatience sa délivrance. Faut-il revenir à ce passé qui a fait l'orgueil des conquérants arabes. Salah Eddine n'est plus mais il est comme le veilleur qui garde jalousement la vieille ville du haut de son minaret et qu'il avait conquis au nom de tous les musulmans, dans l'attente du messie qui délivrera El Qods, depuis la mort du conquérant arabe Jérusalem ville de la paix et de l'amour attend impassible la prophétie. Ville martyre qu'inondait jadis la lumière du ciel, pour devenir une proie de prédateurs avisés et indignes, pour l'avoir prise comme otage.

Said
Mardi 21 Avril 2015 - 17:38
Lu 163 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+