REFLEXION

TRAIT D'UNION : Quel gagnant pour la Tunisie ?



Trois ans après la chute du régime de Ben Ali en janvier 2011, les Tunisiens étaient appelés aux urnes pour élire les membres du futur Parlement, le premier élu démocratiquement.  Les Tunisiens  ont choisi, hier, leurs 217 représentants au Parlement. Le premier enjeu de ces deuxièmes législatives de l’après-Ben Ali est le taux de participation. Un peu plus de 5 millions d’électeurs, sur 8 millions potentiels, se sont inscrits et la campagne électorale n’a guère suscité l’enthousiasme. Mais aux yeux des analystes, le match devait se jouer essentiellement entre deux poids lourds : Ennahda et Nida Tounes– même si aucune formation ne devrait être en mesure de gouverner seule, et qu’Ennahda propose déjà un gouvernement d’union nationale avec d’autres partis. Si cette prévision se confirme, ce scrutin devrait ainsi consacrer la bipolarisation de la vie politique en Tunisie. D’un côté, le bloc des islamistes politiques vainqueurs des dernières élections en 2011 et de l’autre, les laïcs fédérés par Badji Sebssi. À l’issue du vote, les Tunisiens auront les yeux rivés sur les conditions de déroulement de la composition du prochain gouvernement, notamment ceux du parti islamiste Ennahda, principale force politique du pays. Les résultats devront être acceptés de tous les acteurs politiques importants afin de parachever la transition démocratique pacifique car l’avenir de la République de Tunisie post-Ben Ali, en dépend.

Rym.B
Dimanche 26 Octobre 2014 - 18:04
Lu 150 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+