REFLEXION

TRAIT D'UNION : Papon et consorts, ignobles ‘’metteurs …en Seine’’



En ce 53éme anniversaire  du massacre collectif du 17 octobre de l’année 1961,cette France, toujours rancunière, envieuse d’une Algérie désormais forte et indépendante et distinguée  parmi le concert des Nations, ne semble pas finir sa guerre contre nous, elle nous cherche encore des petites bêtes pour un alpiniste et des moines assassinés, et n’hésite point à expédier un juge enquêter sans la moindre honte sur ces assassinats  qui se comptent sur le bout des doigts...….Malheureusement, cette France parait avoir la mémoire si courte et tend  à faire l’amnésique sur ces multiples crimes qu’elle a commis et demeurent toujours et à ce jour impunis et jamais élucidés. A ce sujet  et il y a juste 53 ans, le FLN a appelé à une manifestation pacifique dans les rues de Paris pour dénoncer le couvre-feu raciste imposé quelques jours aux Algériens et par extension à tous les Maghrébins dont l’obligation d’être sans cesse isolé, l’interdiction aux travailleurs algériens de sortir de 20h30 du soir à 5h30 du matin et la fermeture des cafés tenus par des musulmans  à partir de 19 heures. Cette manifestation qui a rassemblé environ 30.000 personnes qui ont tente de marcher pour protester contre une telle mesure. Un sinistre préfet du nom de Maurice Papon, ayant reçu une carte blanche des hautes autorités, dont de Gaulle , pour mater « du bougnole «,il lance, sans trop attendre avec 7.000 policiers, une répression des plus sanglantes, qui aboutira  à 11.730 arrestations, et à plus de 200 morts, noyés ou exécutés sommairement .Le criminel Papon  n’hésita point à donner l'ordre aux policiers de sévir en tirant a bout portant .Le drame le plus tragique s’est produit sur la terre de cette France qui prônait la liberté ,la fraternité et l’égalité pour tous : des manifestants sont jetés littérairement dans la Seine, d'autres sont embarqués vers les commissariats où ils subiront des brutalités, d'autres encore malmenés, les Algériens subirent  des scènes d’une violence extrême. Ce massacre collectif du 17 octobre 1961 demeure encore un drame que cette France haineuse  ne cherche point à reconnaitre, malgré les centaines de blessés, les nombreux morts et surtout ces portés disparus à  jamais.  Aujourd’hui encore le gouvernement français n’a toujours pas reconnu cet odieux crime collectif d’Algériens qui manifestaient pacifiquement  et sans la moindre arme !

L.Ammar
Vendredi 17 Octobre 2014 - 16:55
Lu 122 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+