REFLEXION

TRAIT D'UNION : Les jeunes ‘’politiquement’’ timides



Les jeunes Algériens semblent à la marge du champ politique, leur manque d’engagement fait d'eux des acteurs ‘’insignifiants’ dans la vie démocratique dans le pays. Les associations, les collectifs, les mouvements, les espaces de débat et de discussion de rue et tant d'autres manifestations d'intérêt ne semblent pas susciter d’intérêt comme nouvelle formule de participation politique. La nouvelle génération d'acteurs politiques fait appel "systématiquement" aux nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC) pour diffuser leurs idées, aspirations, organiser les actions collectives et demander des réformes.   De réelles réformes sont demandées par la jeunesse algérienne, touchant principalement l'éducation, la santé et l'emploi. Il existe un lien de cause à effet entre ces trois piliers de toute politique publique. Une jeunesse éduquée et en bonne santé ne peut que devenir une richesse inouïe pour la création de la valeur nationale et même internationale. Aujourd'hui, un réel cloisonnement existe entre la jeunesse et les partis politiques. C'est la raison pour laquelle nous remarquons le recours des jeunes à des canaux alternatifs d'expression de l'engagement politique en dehors des structures partisanes. La cause n'est pas, souvent, le repli des partis sur eux-mêmes, mais plutôt une crise de confiance, parfois de crédibilité, vis-à-vis des partis. Les jeunes ont du mal à juger crédibles les partis politiques car leur Modus Operandi demande beaucoup de patience et de temps. Les jeunes Algériens d'aujourd'hui sont impatients, très réactifs et s'attendent à des réalisations rapides et efficaces. Il faut souligner, que pour faire adhérer cette jeunesse dans les machines partisanes, il faudrait y implémenter une gestion basée sur les compétences. Les partis politiques ne doivent plus tourner en orbite autour des "anciens et sages du parti", mais doivent inclure dans leurs activités les jeunes peu expérimentés qui peuvent défendre des positions claires et participer à la construction d’un vrais projet de société.

Charef Slamani
Dimanche 9 Novembre 2014 - 16:46
Lu 103 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+