REFLEXION

TRAIT D'UNION : Les écoles, ces nouveaux puits de pétrole !



Finalement, le monde de l’éducation tend à faire des écoles de nouveaux puits de pétrole dont il cherche à puiser davantage d’or noir pour un maximum de profit. Ainsi, d’une année scolaire à l’autre, les enseignants reviennent à la charge et sollicitent de nouveaux avantages en prenant malheureusement les élèves pour uniques otages. Sans le moindre remords sur le vil chantage qu’elle entretient depuis plus d’une décade, cette corporation n’hésite point à déclencher des grèves cycliques  juste à quelques jours des évaluations trimestrielles et à quelques mois des examens  pour mieux faire plier la tutelle et tenter d’obtenir encore plus d’argent . Ces « enseignants » ont fini par perdre le digne statut de l’instituteur d’antan qui était respecté par l’ensemble  pour le savoir qu’il dispensait et surtout fier de l’être malgré le salaire qu’il percevait. Désormais, ces « ravisseurs » d’un nouveau genre ne s’inquiètent plus du devenir des écoliers qu’ils chassent des lieux d’étude vers la rue  sans se soucier également des risques qu’ils courent et des cours qu’ils perdent . Certains de ces kidnappeurs  ne se gênent guère de faire dans la surenchère en exigeant  des salaires semblables au personnel de la Sonatrach, cette vache à lait qui fait tant jaser le reste des travailleurs et  demeure si enviée  pour la rémunération qu’elle offre à ses employés.  En attendant le dénouement du bras de fer qu’ils viennent encore  d’engager avec leur ministère pour la satisfaction de leurs doléances annuelles, ces derniers attendent déjà les grandes vacances pour revenir encore pour de nouvelles batailles pour l’obtention d’autres augmentations salariales et  de prochaines primes à réclamer.  Ce feuilleton scolaire  où seuls les élèves restent les uniques perdants, et dont les parents se sont lassés de le suivre avec tant d’amertume, a fini par faire désespérer toute la société sur l’avenir de l’école algérienne, devenue le nouveau gisement pétrolier exploité honteusement par des « maitres » chanteurs sans scrupules, décidés à s’enrichir sur le dos de victimes innocentes, nos malheureux enfants qui ne savent plus où ils vont  avec ces grèves qui paralysent leurs écoles.

L.Ammar
Dimanche 22 Février 2015 - 18:56
Lu 216 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+