REFLEXION

TRAIT D'UNION : Le gorille a été abattu



Les services de sécurité ont abattu  Abdelmalek Gouri qui avait récemment pris la décision de servir l’Algérie sur un plateau d’argent au calife autoproclamé Al Baghdadi. Le gorille se voyait déjà destinataire d’une mission sanguinaire du grand gourou de Mossoul. Voilà une nouvelle qui a pris par surprise le maitre de Mossoul. La mort, le gorille ne l'a pas vraiment vue venir.  Il aurait apprécié terminer sa carrière d’animal du mont Djurdjura de façon différente, sur une note moins  négative. Bon, la mort lui a probablement donné rendez-vous, après l’enlèvement d’Hervé Gourdel  l'automne dernier. La saison 2014 aura toutefois été très décevante pour la formation terroriste, ne concédant que des revers.  Le gorille a toujours perçu son rôle comme étant un rôle idéal pour développer de meilleurs individus par le meurtre. Etrange raisonnement ; c'est de faire en sorte qu'à travers le meurtre, on développe de meilleures personnes et ces gens-là procurent de l'épanouissement à la société bien quand ils meurent. Certains patriotes nous ont contactés quand ils ont su et ils nous ont dit qu'ils avaient apprécié la célérité de nos forces armées qui ont traqué le gorille jusqu’à son trou. Ainsi, voilà un autre trophée à placarder sur le mur des sinistres terroristes abattus depuis 1992 malgré que notre armée ne considère pas que les trophées soient sa plus grande fierté, car le processus est plus important que le résultat. C'est certain que lorsqu'on fait de la lutte anti-terroriste un sport d'excellence, on veut toujours le résultat. Mais force est d’admettre que cela n’est pas suffisant aux yeux de l’Etat-Major de l’ANP, car il reste un autre gorille qui court toujours ; l’autre Abdelmalek Droukdel. En fait, c’est étrange que les gorilles ont le même prénom ‘’Abdelmalek’’. Toutefois, on espère qu’on n’aura pas un gorille nommé Abdelfattah et Kamel Daoud en sait quelque chose. Il lui faut maintenant apprendre à entrer dans les rangs. Tout en essayant de comprendre que la porte de la discussion n’est pas fermée à double tour.

Charef Slamani
Mercredi 24 Décembre 2014 - 08:23
Lu 319 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+