REFLEXION

TRAIT D'UNION : L’Algérie qui gagne !



Les Verts en nous offrant la belle victoire face à la rugueuse équipe du Malawi (-2) samedi dernier, viennent nous rappeler qu’il existe une autre Algérie, ‘’celle qui gagne”.  À l’exemple d’un récent ouvrage sous le titre “L’Algérie qui gagne”, son auteur le représentant résident de la Banque mondiale en Algérie, Emmanuel Noubissié Ngankam, a dressé, dans la dernière édition de La lettre d’El-Djazaïr, le portrait d’un autre Ambassadeur du rayonnement du potentiel Algérien il s’agit d’Issad Rebrab, un “entrepreneur algérien qui, à force de travail et de génie, a su et pu bâtir un véritable conglomérat”, dont la capacité lui a permis  “de sauver une entreprise française dont la faillite faisait planer une épée de Damoclès au-dessus des têtes. Avec un chiffre d’affaires estimé à plus de 3,5 milliards de dollars, Issad Rebrab est un capitaine d’industrie dont le Groupe Cevital qu’il a créé des emplois à plus de 12 000 personnes en Algérie dans une dizaine de secteurs d’activités.  Un fait que ne doit pas occulter sa récente percée en France. “Champion de la diversification, un mot qui a une résonnance particulière dans le vocabulaire économique algérien, le Groupe Cevital, ce sont l’agroalimentaire, la grande distribution, la sidérurgie, l’énergie, l’électronique, le verre, l’électroménager, l’automobile, etc.”, relève Emmanuel Noubissié, soulignant que, “dans un contexte mondial où les capitaux ont de moins en moins de nationalité, le fondateur de Cevital a compris l’impérieuse nécessité (…) de s’ouvrir à l’international”. Dans un contexte mondial instable où les nombreux foyers de violences éclatent au visage des Nations, avec DAECH en tête semant la terreur dans le monde et creusant la tombe d’un Islam authentique. C’est vrai il y a dans ce monde tant de raisons de sombrer dans le désespoir et le pessimisme, mais notre patrie l’Algérie mérite beaucoup mieux et les deux visages (l’équipe nationale et l’Armée Nationale Populaire) représentent la Résistance justement à ce défaitisme ambiant et à ce désamour vis-à-vis de notre pays avec le phénomène de la « harga » qui n’est pas prêt de s’estomper de sitôt.

AS. Mohsen
Lundi 13 Octobre 2014 - 17:56
Lu 432 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+