REFLEXION

TRAIT D'UNION : Fouineur de bacs d’ordures, un métier inquiétant



Fouiner au sein des bacs d’ordures mis au sein des centres urbains pour la collecte des ordures provenant des ménages, est devenu une pratique quotidienne pour certains malheureux citoyens. Ces derniers  cherchent souvent  « quelque chose qui se mange encore » ou un objet encore bon à la vente pouvant  rapporter quelques dinars pour s’offrir également de quoi se nourrir. Malheureusement, ce glanage anarchique des bacs ordures n’est pas sans lourdes conséquences sur l’environnement, qui reste soumis davantage à un plus de saleté, et aussi un indice d’une mal vie qui s’affiche au grand jour ! Le tout nouveau métier de fouineur des bacs d’ordures tend à devenir une activité qui prend de l’ampleur au sein des villes du pays, aucun bac de déchets ménagers n’est pas épargné par les nombreux recrues  qui font le siège tôt le matin de ces « cavernes d’Ali Baba ». Le phénomène a pris des proportions fortes inquiétantes de manière que la ruée vers ces lieux  est devenue quotidienne. Poussés par la pauvreté, certains recourent à cet ultime moyen de dénicher de la nourriture encore bonne à manger, d’autres glanent ces poubelles à la recherche d’objets usagés qui peuvent se réparer et demeurent bons pour la revente. Ils sont, désormais, des dizaines d’hommes, de femmes et d’enfants qui squattent ces lieux du matin au soir, à fouiner dans les ordures, recherchant des aliments pas trop avariés, ou des objets ayant encore une valeur marchande, mais ces fouineurs jettent le reste des ordures par terre, et ne se soucient  guère des désagréments qu’ils causent  en salissant davantage les alentours par le jet anarchique des déchets. Cette déplorable situation  est dénoncée par les citoyens parce qu’elle terni davantage les cités urbaines où ces bacs « visités quotidiennement » sont déposés pour recevoir les ordures ménagères. Ce laisser-aller a fini par déranger fortement les habitants des milieux urbains, car les ordures jetées dans les bacs se retrouvent après le passage des fouineurs, éparpillées le long des chaussées et certains  agents chargés de la collecte ne tiennent pas à ramasser.

L.Ammar
Vendredi 14 Novembre 2014 - 16:36
Lu 130 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+