REFLEXION

TOUT VA BIEN : La machine à voter



En guerre comme à la guerre. Tous les coups sont permis. Rien n’est interdit. Rien n’est exclu. Tous les moyens sont bons. Le Bon n’est qu’Allah. Machiavel est dans tous les manuels scolaires. La politique n’a pas de foi. Elle a à la place de la conviction, le but, un plan. Quitte à s’associer au diable. Satan et le borgne. L’antichrist de la fin des temps. Le seigneur de l’argent usé. Celui du trafic et de la débauche. Un monde sous le soleil, nocturne de par le vice et la bêtise. Une douche de liasses de gros billets sur l’entraineuse pour la dédicace. Une voix pour chacun. Le curé et la croqueuse. Une enveloppe pour chacun. L’imam de la ville et la délinquance de la cité. Démon-cratie ! Je vote. Tu votes. Il ou elle vote. A bien apprendre la conjugaison. Tout le monde vote. Nous, les Chinois, les Amerlocks, les Frenchies, les sieurs et les pauvres, comme les cheminots de Les Misérables, ou le colonel Aurléanno et son beau-père le gouverneur, dans 100 ans de solitude, qui, la nuit, chez-lui, échangea les cartes bleues par des rouges avant d’expédier les urnes au gouvernement. Nous votons depuis une éternité. Pour changer, même si ce sont ces voix qui sont échangées. Aurléano prit ainsi les armes contre l’Etat. L’histoire se répète depuis longtemps. Abassi Madani n’était pas le premier con. Ni le dernier. A License to kill –(Une licence pour tuer), comme dans la belle chanson. Et James Bond 007. La vie, le cinéma, le théâtre de la maison de la culture. Le jour où une quarantaine de fils à maman a battu le pavé pour assister au meeting de Louisa, et le papier de l’auteur censuré, ailleurs. Pour se faire entendre ? Le journaliste du Soir d’Algérie faisant foi ; prompt rétablissement grand frérot. Un jour, l’on votera les droits des minorités, des pervers, et les contre nature. Mais à qui sert donc le vote ? Le bien ou le mal ? La vertu ou le vice ? … si tu es contre Dieu, tu es contre l’Homme, chante in ‘’Sadness’’ –(tristesse), Enigma. Comme l’énigme de la technologie du diable. La cam, le wifi, l’holographie et des mutants au chevet des urnes. L’évolution est en marche au point de voter, demain, numériquement, par net. La machine à voter fonctionne à merveille, comme ces laveries automatiques au coin de rue pour purifier les costumes des consciences. Reste juste à savoir, pour les toutes prochaines locales, si je dois laisser les bugs de la machine voter ou ceux que j’ai dans la tête. Tout va bien du reste.

Ilies BENABDESLAM
Dimanche 7 Mai 2017 - 20:36
Lu 455 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 20-09-2017.pdf
3.55 Mo - 19/09/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+