REFLEXION

TOUT VA BIEN : J’ai rêvé de l’ex maire



Après une journée fatigante au journal, insulté parfois par les commentaires des internautes qui m’accusent à tort, de complicité avec certains responsables, de vouloir cacher le soleil avec un tamis ; ma dure journée s’allonge avec le bip de ma boite email, qui vient d’être bombardée par quelques photos concernant un ex –maire qui a été vu pour la dernière fois à côté d’un candidat à la députation dans la campagne électorale du FLN. En voyant le visage de ce loup dans la peau d’un petit agneau, des confessions des années 2004 me reviennent je sens leur souffle contre mon oreille. Ils me disent : n’est-ce pas ce gars au costume vert, assis, à côté de ce fameux futur député, qui était à la tête de la commune de Mostaganem, et qui a fait la pagaille avant de sombrer dans le passé, de crainte d’être cité dans les derniers scandales de la commune ? Eh bien oui, la mémoire me revient ! C’est lui qui a détourné un lot de terrain aux castors prévu dans le POS pour la réalisation d’une école coranique, et il a influencé le conseil communal pour l’affecter au nom de sa mère par délibération, et les pauvres élus, par complicité ou par naïveté avaient validé son projet de diable et quelques mois après, l’ex maire le racheta de sa mère pour réaliser son projet de rêve : une villa en plein quartier résidentiel Les Castors. Alourdi par le poids des scandales de ses responsables ’Ouled bled qui ont dévoré Mostaganem, je me suis laissé plonger dans un cauchemar. Assis sur mon fauteuil, plus modeste que celui du maire, caressant un stylo entre mes doigts, comme si je voulais écrire une requête aux autorités pour leur demander d’ouvrir une enquête sur cet arriviste, j’ai rêvé d’un homme de grande taille au visage blanc à la chevelure grise, au regard promeneur, bien costumé, prêt à sauter une deuxième fois sur le fauteuil du maire, me disant, arrête un peu de me chercher, tu ne vois pas que je suis à sec et ma villa n’est pas encore accomplie. Il me faut cette place pour achever la dalle de mon quatrième étage !  Je me suis réveillé de mon cauchemar effrayé sur le son du téléphone, et c’est mon avocat qui était au bout du fil pour me rappeler la date de mon audience au tribunal d’une autre affaire de diffamation assujettie à un député qui a squatté le  terrain d’une école.  

Bouzid
Dimanche 16 Avril 2017 - 08:00
Lu 472 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 21-11-2017.pdf
3.67 Mo - 20/11/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+