REFLEXION

TOUS LES MOYENS SONT BONS POUR LE SENAT A MOSTAGANEM : La voix vendue à 3 millions de cts, qui dit mieux ?

A une semaine de l’échéance ‘’cruciale’’ des sénatoriales, les candidats pour une place au sénat n’ont pas lésiné sur les moyens pour rallier les élus ‘’sans casquette politique’’ à leur cause. Durant la ‘’discrète’’ campagne électorale qui touche à sa fin, les ‘’sénateurs-candidats’’ ont puisé dans leurs économies, privant même, dit-on, leurs familles de repas ‘’nutritifs’’.



En effet,  lors de la campagne électorale, ‘’passée inaperçue’’, les candidats ont sorti le gros chèque et chacun a dépensé à sa manière, sans attirer les soupçons sur un quelconque achat de voix. Ces personnes ont opté pour la ‘’hadiya’’ qui, selon les préceptes de notre religion, n’est pas une corruption. À cet effet,  le candidat d’un important parti politique a commandé une grosse quantité de tablettes tactiles  pour les offrir aux élus récalcitrants de son parti et à quelques élus locaux sans casquette politique ‘’claire’’. Cette opération de distribution de cadeaux n’a pas fait que des heureux, puisque certains élus ‘’gourmands’’ auraient demandé des ‘’pourboires’’. Ces derniers n’ont pas apprécié que ce candidat déroge à la règle en ne sortant aucun billet de sa poche. Les élus ‘’gourmands’’ ont voulu avoir la même somme d’argent que le candidat de l’autre parti politique avait donnée aux élus acquis à sa personne. Ce dernier aurait choisi la ‘’petite’’ enveloppe de 3 millions de centimes pour tout soutien ‘’individuel’’ et beaucoup plus pour les soutiens collectifs. C’est par ce procédé qu’il espère gagner le siège au sénat, si on sait que les élus qui n’ont pas obtenu une tablette espèrent rattraper la mise en se rapprochant de l’autre candidat. Ici, on parle ‘’d’indiscipline’’ partisane puisqu’aucun élu ne veut sortir bredouille de cette campagne électorale qu’on dit ‘’propre’’. Il est à signaler que le secrétaire général du parti FLN, M. Amar Saâdani, avait menacé tout élu d’exclusion s’il venait à vendre sa voix. Cependant, une grande partie des élus, qui n’ont pas gouté au miel des primes de détachement, qui s’élèvent à plus de 5 millions de cts par mois, et qui risque de terminer leur mandat ‘’chômeur’’, notamment les femmes ; qui sont là, juste pour ‘’remplir’’ les listes, pourraient se révolter contre les patrons des partis politiques et penser à leurs poches puisque l’occasion se présente, donc  il est inutile de les menacer d’exclusion. Quoiqu’il en soit, les élus locaux seront libres de leur choix dans l’isoloir, quand ils auront, ce 29 décembre, à choisir le candidat qui représentera Mostaganem au Sénat. Dans ce contexte, on compte actuellement trois candidats officiels qui mènent la barque du Senat, mais on n’est pas encore sorti de l’auberge, puisqu’on risque de vivre la surprise, le jour du scrutin, et d’autres candidats rebelles pourraient se manifester. Déjà on entend parler d’un élu de l’APC de Mostaganem, qui annonce déjà son entrée au ‘’ bain’’ du Sénat. Selon certains élus indiscrets, il parait qu’une centaine de millions de centimes aurait été dépensée en quinze jours. Reste à savoir si les élus qui ont bien rempli leurs ‘’ventres’’ honoreront leurs engagements  et voteront pour le candidat qui les a mieux gâtés. La réponse : le mardi 29 décembre 2015.             

Said
Lundi 21 Décembre 2015 - 17:09
Lu 748 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+