REFLEXION

TOURISME : 30 agences de voyages menacées de disparition à Oran



Les agences de voyage et de tourisme qui se  seront pas conformées à la nouvelle réglementation, avant l’expiration du délai accordé jusqu’au 21 janvier prochain, apprend-on de source proche de la direction  du Tourisme de la wilaya d’Oran seront éliminées. L’ensemble des opérateurs exerçant dans le secteur du tourisme ont été appelés à se conformer aux nouvelles dispositions énoncées dans le décret du 14 juillet dernier portant conditions et modalités de création et d’exploitation des agences de tourisme et de voyages. La nouvelle réglementation impose aux opérateurs concernés de satisfaire à 27 conditions contenues dans le nouveau cahier de charges dont l’une des clauses exige des voyagistes de fournir des prestations de bonne qualité et l’exécution des engagements, sous peine de radiation, ou de non renouvellement de leur agrément, la validité de ce dernier étant fixé à trois ans. Ils sont également mis en garde contre toute publicité mensongère sur les prix ou les prestations et d’offrir au client le service réel annoncé dans le cadre du plan « qualité-tourisme ». La demande d’une licence d’exploitation doit obligatoirement s’accompagner de l’engagement formel du demandeur à exercer l’activité conformément à la loi dans le respect de l’éthique et la déontologie du métier. Le nouveau cahier des charges contraint les opérateurs à utiliser les TIC pour la promotion de la «Destination Algérie», d’éditer périodiquement des catalogues, brochures et autres supports documentaires et numériques, de vente des différents produits et circuits touristiques de la «Destination Algérie». Le titulaire de l’agrément, valable pendant trois ans, doit présenter sa demande de renouvellement, accompagnée de tous les documents énumérés dans le cahier des charges, trois mois avant l’expiration au ministère du tourisme. Dans certains cas, l’agrément pourrait être retiré ou non renouvelé pour différents motifs dument constatés, tels que manquements à ses obligations professionnelles, non respect des règles de la profession, transgression des engagements vis-à-vis des clients et des tiers, etc. Le nouveau décret exécutif modifie et complète le décret du 1er mars 2000. La nouvelle loi précise que les agences de voyages agréées à la date de publication de ce décret sont tenues de se conformer à ces dispositions dans un délai de six mois, faute de quoi il sera procédé au retrait de leurs licences. Le nouveau décret instaure des règles strictes pour l’exercice de cette profession dans le but de mettre fin à l’anarchie qui prévaut dans le secteur. Il ne reste plus qu’un mois pour la fin des délais accordés aux voyagistes pour régulariser leur situation, et beaucoup ne semblent pas pressés du tout. En effet, sur les quelque soixante opérateurs, seulement une vingtaine a adressé leurs dossiers à la structure concernée. Parmi ceux qui restent, il en est qui se disent découragés par le nouveau décret, et envisageraient sans doute de changer d’activité, d’autres ont demandé une prorogation des délais.                           


A. Salim
Samedi 25 Décembre 2010 - 11:31
Lu 459 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+