REFLEXION

TOUJOURS INACCESSIBLE AUX PETITES BOURSES : Le prix du poulet est de plus en plus élevé à Tissemsilt

Le prix du poulet a atteint 400 dinars dans la wilaya de Tissemsilt, une hausse vertigineuse par rapport aux prix pratiqués il y a quelques semaines lorsqu’il a atteint les 180 dinars, et qui reste inexpliquée. En effet, une tournée chez les bouchers de la ville démontre que les éleveurs ainsi que les vendeurs ne perdent rien, les mesures prises par les parties concernées pour tenter de maintenir les prix n’ont pas suffit apparemment, puisque le prix du poulet a connu de très fortes hausses ces toutes dernières semaines arrivant à 400 dinars le kilogramme, des hausses des prix injustifiées et injustifiables.



Certains semblants de commerçants notamment ceux installés au niveau du marché de Souk H’lima au chef-lieu de la wilaya, à Khemisti, à Lardjem etc. continuent de faire la loi à leur manière, les prix pratiqués jusque-là sont devenus énigmatiques, personne n’a pu donner les réelles causes de cette hausse. En tout cas, ce qui est sûr, c’est qu’une grande partie du poulet mis sur le marché provient de l’informel, un secteur que l’Etat peine à pouvoir contrôler. Quant au certificat de bonne santé de la volaille et la validité de ce certificat, la question ne se pose même pas, ces exigences ne sont que des futilités précisément en ces derniers temps où les propriétaires des hangars semblaient réticents et ne se sont pas trop engagés en production de peur des effets du froid qui a caractérisé la région aussi après la hausse du taux de mortalité. En plus, ces éleveurs quant à eux, évoquent les charges et la cherté de l’aliment, ces facteurs et probablement d’autres ont engendré une hausse des prix du poulet. Selon les spécialistes du domaine, ces pertes se sont directement traduites par une flambée qui a atteint 400 et parfois 420 DA/KG, mais le plus contrevenant dans tout cela sont ces prix qui n’ont pas cessé de grimper et encore, il faut voir la qualité de cette viande blanche. Cet état de fait s’est malheureusement répercuté sur le prix du poulet rôti, les restaurateurs le proposent parfois à des prix intouchables, le poulet qui pèse plus au moins un kilo est vendu par endroit entre 750 et 900 DA, une situation qui n’a certainement pas arrangé les affaires des petites bourses après que ce maudit poulet ait miraculeusement pris des ailes. Dans pareilles circonstances, l’intervention des contrôleurs des prix et de la qualité est plus qu’urgente pour faire appliquer rigoureusement les lois en vigueur et de réduire les prix de revient du poulet et de le rendre accessible à toutes les bourses. Sinon, il ne reste aux citoyens, normalement, qu’à  boycotter un produit qui devient de plus en plus cher.

A. Ould El Hadri
Mardi 29 Novembre 2016 - 20:00
Lu 205 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 10-12-2016.pdf
3.37 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+