REFLEXION

TOUAHRIA- YANNAROU : Les habitants des 48 logements se plaignent des nuisances sonores

Les habitants résidant aux 48 logements dans la localité de Yannarou vivent un vrai calvaire au quotidien, vu qu'en face de leurs domiciles, un soudeur et un tourneur jouissent de l'impunité totale.



En effet, la question qui se pose est de taille, car comment peut-on autoriser à des activités classées niveau 3 d’être installées dans une zone résidentielle ? Ces   riverains disent hélas aux problèmes des nuisances sonores qui perturbent leur quotidien depuis mars 2011. Les  habitants se sentent tourmentés depuis cette date où un tourneur et un soudeur ont ouvert deux garages à côté de leurs domiciles. Ces derniers se disent écœurés, car malgré les objections à travers de nombreux écrits au sujet de cette ouverture, les activités dans ces deux locaux tournent à plein régime. De ce fait, les habitants des 48 lots se plaignent de la nuisance sonore causée par les bruits de réparations qui ne s´arrêtent pas, et ce dès le lever du jour jusqu’au soir, causant ainsi de terribles désagréments, notamment aux enfants et aux personnes malades, à cause des bruits d’engins de tout genre. A noter que ces nuisances sonores peuvent provoquer à long terme beaucoup de problèmes graves tels ; la surdité, le stress, l'hypertension,…etc. Sur les lieux, les riverains à l’ordre de 8 habitants nous ont montrés plusieurs documents, lettres, déclarations sur l’honneur et des doléances signées et adressées aux autorités locales notamment le P/APC, le chef de la daïra de Mesra, le directeur de l’environnement de Mostaganem ainsi que le DRAG pour exprimer leur mécontentement vis-à-vis   de ces deux activités, mais selon ces derniers, le problème stagne et persiste malgré que le législateur algérien a défini les seuils de tolérances de ces professions avec un périmètre bien déterminé, comme cela est bien stipulé dans le décret exécutif n : 06-198 du 31/05/2006 régissant la réglementation appliquée dans les établissements classés et la protection de l’environnement, la loi n : 12-07 du 21/02/2012 relative à la wilaya (articles 112,113 et 114) et la loi n : 11-10 du 22/06/2011 relative à la commune (articles 88 et 94). Par ailleurs, l’un des résidants nous dira : « Nous avons saisi à plusieurs reprises le maire à faire cesser cette pollution sonore que nous subissons au quotidien, mais rien n’a été entrepris.» et d’ajouter : « Le jour, nous avons du mal à rester concentrés tellement ce lieu est devenu invivable et insupportable», nous a-t-il aussi confié. Cette situation qui a été pourtant dénoncée à plusieurs reprises par les riverains n’a connu aucun dénouement et ces derniers disent « stop » car ils n’en peuvent plus  de supporter le bruit assourdissant dû à ces deux activités qui jouxtent leurs maisons. Face à ces outrages à répétition et exacerbés par le laisser-faire des services concernés, les habitants de ce quartier jadis tranquille vivent maintenant le cauchemar des nuisances sonores au quotidien, alors ils lancent encore une fois un appel de détresse en direction des autorités concernées pour déloger ailleurs ces deux activités, et ce, loin de leur quartier pour qu’enfin le répit s’y installe à nouveau. 

Bouziane Kamel
Lundi 1 Avril 2013 - 10:31
Lu 171 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+