REFLEXION

TORTURES ET DETENTION ARBITRAIRE DES CITOYENS SAHRAOUIS : Rabat au banc des accusés

L’appel du président de la Commission nationale des droits de l’Homme, Me Farouk Ksentini à la communauté internationale pour s’y intéresser au dossier du peuple sahraoui a trouvé des échos chez son homologue, le Réseau euro-méditerranéen des droits de l’Homme (REMDH) qui, dans un rapport rendu public en fin de semaine dernière a attiré l’attention sur «le recours systématique aux détentions arbitraires et violations des droits des détenus» au Maroc.



Tenant compte des dernières déclarations, du président de la Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l’Homme (CNCPPDH), Me Farouk Ksentini, les droits de l’Homme dans le Sahara occidental, territoires occupés par le Maroc,  sont inexistants. Selon le rapport du CNCPPDH le Maroc use d’une politique colonialiste de répression contre les Sahraouis.»  Me Ksentini est allé plus loin encore en soulignant que les plaintes, les mouvements de protestation et les témoignages recueillis ont « dévoilé le visage hideux des violations des droits de l’Homme commises dans ces territoires par les forces de répression du « Makhzen ». A ce sujet Me Ksentini  a invité la communauté internationale de s’y intéresser de plus en plus au  dossier sahraoui. L’appel de  la (CNCPPDH a été entendu par son semblable, le Réseau euro-méditerranéen des droits de l’Homme (REMDH) qui, dans son dernier rapport a attiré l’attention sur «le recours systématique aux détentions arbitraires» au Maroc et sur les «violations des droits des détenus qui en découlent». REMDH note dans son rapport que le Maroc a adopté, une loi sur la lutte contre le terrorisme, qui prévoit une définition jugée très large du terme «terrorisme» et permet, aux autorités marocaines de «procéder à des arrestations aveugles à grande échelle». Cette ONG qui compte plus de 80 organisations des droits de l’homme, constate, par ailleurs, que, malgré les réformes annoncées de la politique migratoire marocaine, les arrestations collectives et la détention arbitraire routinières d’immigrés clandestins demeurent un sujet de «préoccupation majeure». Des migrants subsahariens  sont détenus sans aucune  procédure judiciaire, pénale ou administrative, alerte le REMDH. Ces immigrés, sont détenus dans des casernes de l’armée, de postes de police ou encore de cabanes dans les bois», rappelle, cette ONG. Le REMDH qui incite, à cet effet, l’ONU a dépêché  une mission au Maroc, afin d’ exercer des pressions sur les autorités marocaines pour l’application et le respect  des dispositions de l’observation générale portant sur le Pacte international relatif aux droits civils et politiques adopté par le Comité des droits de l’Homme.

L’ONU appuie le processus d’autodétermination
Une victoire pour le peuple du Sahara occidental et un revers pour le Makhazen du marocain.  En effet, l’Assemblée générale de l’ONU a adopté hier une résolution sur la question du Sahara occidental dans laquelle elle réaffirme son appui au processus de négociation devant permettre l’autodétermination du peuple Sahraoui.   L’ONU s’active à parvenir à une solution définitive à la colonisation du Sahara occidental dans le cadre du processus d’autodétermination.  « L’Assemblée générale appuie le processus de négociation en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui permet l’autodétermination du peuple du Sahara occidental et loue les efforts déployés, à cet égard, par le Secrétaire général de l’ONU et son Envoyé personnel Christopher Ross », selon la déclaration de l’organisation onusienne.  Inscrite depuis 1964 sur la liste des territoires non-autonomes, la question du peuple sahraoui est éligible à l’application de la résolution 1514 de l’Assemblée générale de l’ONU portant déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et peuples coloniaux et le Sahara occidental reste la dernière colonie en Afrique, occupé depuis 1975 par le Maroc.  Le pouvoir marocain a toujours contesté les rapports rédigés par  la commission onusienne, à l’occasion des visites effectuées dans les territoires occupées, notamment dans la région de Layoune dont la population ne cesse de subir les affres de la répression depuis   les premières années de l’occupation. Toutes les organisations mondiales ont dénoncé les agissements de la royauté à l’endroit du dernier peuple colonisé du continent noir.

Riad
Vendredi 13 Décembre 2013 - 16:50
Lu 527 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+