REFLEXION

TOP 15 DES PERSONNALITES ALGERIENNES LES PLUS INFLUENTES EN 2013

Pour la cinquième année consécutive, le site www.almanach-dz.com présente sa liste des personnalités les plus influentes (Very influent personalities, VIP). Durant les deux premières années, la liste avait sacrifié aux canons habituels en se limitant à un Top ten (10). Depuis 2011, il s’agit d’un TOP 15.



Le choix se porte  non sur des personnalités occupant des postes de décideurs (dites "importantes") , mais sur des personnalités (ou groupes de personnes)   qui, tenant compte de leur notoriété, position, fonction et actions ont un « pouvoir » d’influence sur tout ou partie (s) de la  société et/ou sur la vie quotidienne des citoyens et leur devenir. Nouveauté 2013 : Les personnalités occupant des postes ou assumant  de hautes fonctions décisionnelles ou de commandement  sont exclues du classement pour éviter toute « concurrence déloyale ».  
Le choix s’est fait sur la base d’une observation continuelle des médias (et de la société)  tout au long de l’année, avec, en parallèle,  la récolte   d’avis et d’opinions, tout particulièrement dans les milieux de l’enseignement universitaire  et de la presse (panel de consultants bénévoles).
1 /Me ALI YAHIA ABDENOUR : Moudjahid, membre fondateur de l’Ugta, membre fondateur du Ffs qui s’oppose au régime de Ben Bella , proche du colonel Mohand Oul Hadj,  ancien ministre (Travaux publics puis Agriculture) , opposant politique, avocat depuis 1972, emprisonné plusieurs fois,  , auteur d’ouvrages, militant des Droits de l’homme (membre fondateur et premier président de la Ladh en juin 1985 qu’i  quittera par la suite pour fonder en 1989 la Laddh ) , producteur de nombreuses contributions dans la presse nationale….Eternel indigné , 92 ans, prenant la défense de l’ « opprimé » quelle que soit sa couleur politique , il  dénonce continuellement les dérives a-démocratiques du pouvoir , les atteintes aux droits de l’homme et à la liberté d’expression et de la presse. Ses (longues) contributions médiatiques sont toujours attendues, très lues et appréciées.
2/ Zohra Drif:  Née à Tiaret en 1937, moudjahida engagée très tôt et pleinement  dans la lutte de libération nationale (Zone autonome d’Alger)  , députée au sein de la première Assemblée nationale, épouse de (feu) Rabah Bitat, enseignante à la Faculté de droit, puis avocate, enfin  membre du Conseil de la nation dont elle fut vice-présidente, elle est l’auteure, en 2013,  de mémoires sur son combat pour la liberté . A travers son œuvre, c’est tout le combat de toutes les « Djamilate » qui est décrit et glorifié.
3/ Forces spéciales de l’ANP : On savait qu’elles existaient mais, jusqu’ici, elles travaillaient dans la discrétion, gage d’efficacité en matière sécuritaire. Elles sont mises à contribution et en avant lors des évènements de  Tiguentourine/ Ain Amenas, lorsqu’un groupe de terroristes, venu du Sahel, avait pris en otage, les employés, algériens et étrangers, de la base pétrolière. L’assaut étudié des Forces spéciales de l’Anp neutralisa les terroristes et permis, sous l’oeil des caméras du monde entier, de démontrer l’efficacité du corps militaire spécialisé... Ce qui ne manquera pas d’attirer , par la suite , bien des jeunes, à la recherche d’action et de nobles missions. Il existe trois types d’unités spéciales.
La première et la plus ancienne est le Groupe d’intervention spécial (GIS) composé de militaires. Généralement, ce sont les soldats émérites, qui excellent dans une des activités militaires, qui sont choisis pour faire partie de ce groupe.
La seconde unité est le Groupe d’intervention rapide (GIR). Il s’agit d’une unité d’élite sélectionnée et en partie formée par la Gendarmerie nationale.
La troisième unité est la force des troupes spéciales aéroportées. Elle est formée, à Biskra, aux arts martiaux, au maniement des armes et surtout au tir. Ce sont en général des tireurs d’élite qui ont une grande maîtrise d’eux-mêmes. Ils sont plutôt formés à l’art de la guerre et des missions de guerre
Les trois unités des forces spéciales subissent le plus gros de leur formation à l’école de Biskra,
4/ Ramtane Lamamra : Diplomate de carrière sorti des premières promotions de l’ENA (Alger, section Diplomatie), il s’était déjà fait remarquer pour ses capacités de synthèse et d’analyse .....et surtout son sens simple, direct  mais efficace de la communication. Il  avait même occupé, à la fin des années 80, le poste très délicat de directeur de l’Information au ministère. Ecarté à l’arrivée de A. Bouteflika pour on ne sait quelles raisons (sa proximité avec Ouyahia? la méfiance à l’endroit des « enarques » ?) , il a été vite “récupéré” au niveau de l’Union africaine pour devenir le Commissaire à la Paix et à la Sécurité aux prises de positions fortes, fermes et claires (il a été décoré du grade de commandeur de l’Ordre national du Niger mercredi 18 décembre 2013) . Son rappel, pour assumer une fonction ministérielle stratégique (ministre des Affaires étrangères dans le nouveau gouvernement  de A. Sellal, le 11 septembre 2013)    est certainement lié au souhait des dirigeants du pays de renouer avec une présence plus forte à l’étranger et tout particulièrement en Afrique.
5/MADJID BOUGHERRA : Joueur professionnel  exerçant à l’étranger (Glsgow Rangers puis, actuellement,  Lekhwiya au Qatar, un club de 1ère division, entraîné par Eric Gerets …,), capitaine de l’équipe nationale de football depuis déjà 2010  (Mondial en Afrique du Sud). Défenseur, Il a réussi, grâce à son but marqué à la 49è mn, à Blida, lors du match retour,  contre l’équipe du Burkina Fao, a qualifié  l’Algérie pour la phase finale au Brésil en 2014.  A 28 ans, « Magic »   Bougherra, déjà icône publicitaire, se consacre aussi à des œuvres caritatives algériennes auprès d’enfants handicapés
6/HADDA HZEM: Journaliste depuis plus de deux décennies, elle était la toute jeune  reporter qui avait repris les fameux propos de l’ancien premier ministre Abdelhamid Brahimi sur les « 24 milliards détournés » .Elle est  la directrice de publication du quotidien arabophone El Fedjr (Alger) qu’elle a créé et qu’elle a imposé sur la scène médiatique nationale par la qualité des écrits , par son professionnalisme et son orientation en dehors des clivages politiques ou affairistes  traditionnels. Elle est présente sur la scène médiatique par des interventions continues (éditoriaux, participation à de multiples émissions à la radio et la télévision..) et  des prises de positions publiques toujours incisives   
7/ JORNANE EL GOSTO : Emission de télévision diffusée par Djazair Tv, chaîne « algérienne » (diffusée par satellite de l’étranger), entre autres durant les soirées du  mois de Ramadhan, juste après le « F’tour », avec un succès inégalé  et se faisant remarquer pour son humour critique caustique à l’endroit des décideurs, de  tous les décideurs. Une sorte de « Guignols de l’Info » avec de jeunes acteurs de talent et des textes assez engagés
8/ MERIEM ABDOU: 14è Prix international de journalisme El Khabar Omar Aourtilane 2013. Animatrice, depuis plusieurs années,  d’une émission de politique internationale hebdomadaire sur la Chaine III de la radio nationale (« Histoire en marche ») :   Qualité  des intervenants, étrangers et/ou nationaux, toujours disponibles, variété, importance et actualité des sujets abordés,  maîtrise des questionnements et des langues (française et arabe),  rythme de la réalisation…
9/NABNI : Leur rapport 2013 du groupe a été remis au Premier ministre et, pour la première fois, pris en considération.  Ses animateurs principaux (cadres d’entreprises, managers, universitaires,….)  ont participé à la « tripartite » de fin 2013, ce qui est une reconnaissance officielle et publique de leur compétence.
10 / IHSANE KADI: Journaliste, fondateur et animateur du site web d’informations spécialisé Maghreb Emergent (qui a lancé une radio web), signataire d’un blog dans le site d’informations Al Huffington Post, auteur de chroniques économiques (et parfois sportives) dans El Watan……..c’est le journaliste le plus complet qui soit aux analyses pertinentes et aux critiques argumentées.
11 / TEWFIK KHELLADI : Ancien journaliste à l’APS dont il fut chef de bureau à l’étranger (Bruxelles) , DG de l’Entv qui a « osé » diffuser le match de football Burkina Faso-Algérie refusant le diktat financier d’Al Jazeera qui en possédait les droits mais qui avait demandé une rémunération astronomique et le soutien  pour ré-ouvrir son bureau à Alger. Il est, dans la foulée, suivi par la télévision égyptienne qui diffuse directement la rencontre Cameroun –Egypte…et il est nommé vice-président de l’URTI pour le monde arabe pour deux années .C’est un proche de la famille Bouteflika et il a toujours participé aux staffs des campagnes électorales présidentielles
12/ HAIMOUDI DJAMEL : 43 ans, arbitre international de football. Arbitre la  finale CAN 2012 en Afrique du Sud Nigeria-Burkina Faso, le match Espagne –Tahiti en coupe Confédérations juin 2013 au Brésil, la  petite finale coupe de Confédérations (Uruguay/Italie).Arbitre la finale aller de la Ligue des champions africaine du 3 novembre 2013 qui a opposé Orlando Pirates d’Afrique du Sud au Ahly du Caire. C’est sa troisième finale de la Ligue des champions africaine après celles de 2008 et 2012. Présélectionné pour le Mondial brésilien de 2014.  Désigné par la Caf, meilleur arbitre africain 2013
13/ DIMA JAZZ : Festival de jazz se déroulant chaque année, depuis plus d’une décennie, à Constantine et qui a fait son chemin. Les courants musicaux vont du jazz, du jazz rock au  blues en passant par la   musique gnawa et autres musiques du monde. Donnant  une large place aux jazzmen  algériens et africains. Aujourd’hui, les animateurs réussissent à faire venir à Constantine les plus grands du genre comme  Archi Sheep et le Festival est devenu, incontestablement, international, donnant à la ville des Ponts, taxée de « conservatrice », un air indéniable de modernité bien ancrée dans son authenticité
14/ MAG ALOISIA WÖRGETTE: Toute jeune, elle voulait être journaliste, certainement pour « découvrir » le monde. Les études l’ont mené aux Affaire étrangères et son premier poste était au Niger.  
Ambassadrice d’Autriche en Algérie depuis 2010, se faisant remarquer et apprécier pour ses activités de proximité, tant au niveau de la Capitale qu’à l’intérieur du pays. Elle a fait le « buzz » lorsqu’on a découvert qu’elle faisait le ramadhan... Car « fascinée par l’ambiance familiale, le partage, les soirées conviviales »…..et la cuisine algérienne. Elle adore le couscous « dans tous ses états ».  
15/ MERZAK ALLOUACHE :  69 ans, metteur en scène prolifique  (avec 17 longs métrages dont les films Omar Gatlato , Bab el Oued City,  Chouchou , ce dernier avec Gad El Malah, Salut Cousin, Harragas, Normal, Le Repenti, Les Toits ….. ) ,désigné en 2013 par la version arabe Variety comme le metteur en scène le plus célèbre. Il est aussi auteur d’ouvrages : un roman en 1995 et un essai en 1994.

Belkacem Ahcene-Djaballah
Vendredi 3 Janvier 2014 - 17:57
Lu 1040 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+