REFLEXION

TLEMCEN : Les querelles enterrées à l’occasion de l’Aïd El Fitr

Ramadhan, qui a été chaud à tous les niveaux, notamment durant les derniers jours, a pris fin ce samedi pour céder la place à l’Aïd El Fitr, cette fête religieuse de joie et de pardon.



TLEMCEN : Les querelles enterrées à l’occasion de l’Aïd El Fitr
La journée marquant la fin d’un mois d’abstinence a débuté comme cela se fait chaque année par la prière de l’Aïd. Tôt le matin, les fidèles ont pris la direction des mosquées implantées dans leurs quartiers pour entonner les louanges de Dieu en ce jour béni en attendant la prière. A 7h 30 comme fixé par le ministère des affaires religieuses, les Imams ont dirigé la prière avant d’effectuer des prêches dont le thème a porté sur les vertus de ce jour et sur les comportements à adopter par les fidèles à pareille occasion. Ainsi, il a été recommandé aux gens de mettre fin aux querelles qui les ont séparés, parfois, durant plusieurs mois afin de vivre dans la joie des retrouvailles. Dès la fin des prêches, ce furent des scènes de belle communion entre les fidèles qui ont échangé chaleureusement les vœux à l’occasion de ce jour de pardon. Dans les lieux de culte, les accolades se sont multipliées entre les présents qu’ils se connaissent ou non. C’était là un signe qui montrait que toute animosité avait été laissée de côté pour laisser place à une convivialité qui devrait caractériser tout le temps les relations entre les gens, notamment les membres d’une même famille, les voisins et les amis. Les fidèles sont rentrés ensuite chez eux pour échanger les vœux avec les leurs avant de s’asseoir autour de la table, agrémentée à l’occasion des plus beaux gâteaux, pour prendre leur petit-déjeuner. Elégamment habillés, filles et garçons, attendaient avec impatience le début de la tournée qui les mènera vers les autres membres de la famille, en particulier, les grands-parents quand ceux-ci habitent loin de chez eux. Nombre de femmes préfèrent, quant à elles, se diriger vers les cimetières où sont enterrés quelques uns de leurs chers disparus, parfois, à la fleur de l’âge. Elles y vont afin de prier pour leurs chers défunts et à l’occasion ne manquent pas de verser des larmes, particulièrement lorsque le décès est récent. L’Aïd est pourtant un jour de joie où l’on doit oublier ses peines, ne serait-ce qu’un temps. Lundi, soit le deuxième jour, les visites ont été réservées aux proches qui habitent dans d’autres localités. Ceux qui disposent d’un véhicule familial ont pris le soin de faire le plein de carburant pour se déplacer là où ils veulent et quand ils le veulent. D’autres, comme à chaque pareille occasion, se sont rabattus sur les « clandestins » pour se déplacer même s’ils ont dû payer plus que d’ordinaire, les prix étant majorés en de pareilles occasions. Il y a enfin les autres, ceux qui n’ont pas les moyens de se permettre d’autres « folies », ceux-là étaient contraints de solliciter les moyens de transport collectifs pour leur déplacement. Comme d’habitude, ils ont dû, parfois, attendre longtemps avant de prendre place dans un bus ou sur un Karsan dont les chauffeurs, malgré les appels lancés,  n’ont pas toujours cru bon de se mettre au service des citoyens. L’attente était particulièrement pénible sur les lignes assez mal desservies même en période ordinaire. Par ailleurs, l’occasion de l’Aïd a été mise à profit par des associations caritatives pour partager des moments de joie avec les malades et les personnes âgées privés de chaleur familiale. C’était le cas de « Nass el Khir (les gens de bien), une association de jeunes bénévoles qui a profité de l’occasion pour rendre visite durant la matinée du lundi aux enfants malades contraints de passer la fête dans l’établissement sanitaire « La mère et l’enfant » de Tlemcen. Ces derniers ont reçu des vêtements et des cadeaux à leur grande joie. Durant l’après-midi, les jeunes bénévoles ont rendu visite aux personnes âgées qu’abrite la maison de retraite implantée au niveau du chef-lieu de la wilaya.

Razen
Mercredi 22 Août 2012 - 13:51
Lu 349 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+