REFLEXION

TLEMCEN : Entre déculturation et culture islamiques

Melle Wahiba était venue de Dellys à Sidi Harrat Benaïssa El Idrissi dans la wilaya de Relizane et Tlemcen pour savourer cet avril printanier de l’ouest algérien tout en en fleurs et depuis n’y a plus remis les pieds. Et pour cause, déception « archéologique » totale.



TLEMCEN :  Entre déculturation et culture islamiques
Contrairement à la cathédrale Notre dame d’Afrique sur les hauteurs d’Alger et la basilique Saint Augustin de Séraïdi non loin d’Annaba, c’est un paysage islamique désolant qu’elle découvrit à Tlemcen. La recherche de la trace de ses racines Idrissides n’a pas été jusqu’à Aïn El Hout. Après le rituel passage à la tour de Mansourah qu’elle ne croyait pas érigée au milieu de ruines d’une forteresse et que c’est le minaret d’une mosquée bâtie par le sultan mérinide Abou Yacoub Youssouf, la voilà devant la mosquée d’Agadir dont elle a déjà entendu parler vaguement par un oncle. Paysage désolant ! La première mosquée construite en Algérie sous les ordres de son ancêtre Idriss Ier en 790 sert de dépotoir et de poulailler. Juste un soupçon de mihrab à l’est et l’imposant minaret à l’ouest témoignent des traces d’une mosquée. Le reste n’est qu’un pourtour de pierres taillées que l’on ne différencierait pas des ruines romaines ou numides. Traversée du nord au sud par une route bien bitumée, l’important vestige islamique vous fait un pied de nez et vous nargue, car sa restauration n’est pas pour demain. Rien n’indique l’historicité de ce patrimoine islamique et pourtant de grandes décisions auraient été prises durant des siècles parmi ces pierres muettes aujourd’hui. Décisions pour répandre la foi islamique ou pour la défendre contre quelqu’envahisseur avant que les troupes coloniales françaises ne détruisent l’édifice en 1850. « La mosquée d’Agadir », comme on l’appelle aujourd’hui du nom du quartier, a été érigée sur ordre d’Idriss El Akbar invité alors à Tlemcen, pendant qu’il régnait sur le Maghreb de l’ouest sur un état indépendant du califat de Baghdad. Madame Khalida Toumi, ministre de la culture, lors de son passage à Tlemcen en septembre 2009, déclarait : «L’occasion est offerte d’abord pour doter la ville de Tlemcen d’infrastructures culturelles à la mesure de sa dimension historique et culturelle et ensuite pour donner une image saine et réelle de l’appartenance à la nation (Oumma) islamique. » Est-ce un début d’appartenance ou une insistance à une appartenance quand on a abandonné un site islamique si important?
Plus d’une cinquantaine de pays musulmans prendront part aux festivités de « Tlemcen, capitale de la Culture Islamique » en 2011. Comme culture rime avec tourisme, en plus des 300 spectacles et 12 pièces de théâtre, l’on aura à visiter les sites historiques plus ou moins restaurés. La mosquée d’Agadir sera-t-elle à la hauteur de l’événement ? Vu l’importance des vestiges en état de délabrement et l’histoire si riche de Tlemcen et sa banlieue immédiate, la demoiselle de Dellys admit le gigantisme de la tâche qui revient aux autorités et aux historiens, mais surtout la passivité passée et les négligences monstrueuses de grands pans de nos patrimoine et histoire si riches. C’est, dit-on, au cours du siège de Tlemcen par les Mérinides de Fès, qui dura de 1299 à 1307, que disparut à jamais un des quatre exemplaires du Saint Coran rédigés en 647 sous le califat d’Othman Ibn Affan et que les Zianides gardaient jalousement depuis 1248. Donc Tlemcen qui abrite 70% des vestiges islamiques de l’Algérie, n’est pas sa première bourde « historique » et l’on attend avec impatience de savoir ce que réserve l’avenir à la première mosquée d’Algérie. Le mot de la fin de Melle Wahiba a été : « Je crois que l’Algérie devra renaître encore une fois et c’est de droit. »

Benatia B.
Vendredi 29 Octobre 2010 - 17:46
Lu 1411 fois
CULTURE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+