REFLEXION

TLEMCEN : Disparition mystérieuse d’un nouveau né depuis 15 ans

le père rend une première visite, à son nouveau né; puis une deuxième; mais à la troisième visite, il trouvera, le berceau vide, et pour toute explication le père, c'est une réponse glaciale, tel un couperet et une seule expression, « ton fils est mort ». Le père demandera alors à voir le corps de son fils, mais en vain il n’y avait aucun corps de bébé.



TLEMCEN : Disparition mystérieuse d’un nouveau né depuis 15 ans
Après la disparition mystérieuse de l'enfant nouveau né, de monsieur Salhi Slimani, un citoyen modeste domicilié à Sebdou, dans la wilaya de Tlemcen, qui était heureux, lorsqu'on lui annonça qu'il venait de devenir père, en cette journée du 31/11/1995, date à laquelle, il avait accompagné son conjoint, à la maternité de l’hôpital de Sebdou, où elle venait de mettre au monde un enfant de sexe masculin, prénommé Moufid, qui était son premier né et l’ainé de toute la Fratrie. Au lendemain de sa naissance, le bébé est transféré au CHU de Tlemcen, pour soins, alors que sa maman est restée hospitalisée à Sebdou, le père rend une première visite, à son nouveau né; puis une deuxième; mais à la troisième visite, il trouvera, le berceau vide, et pour toute explication le père, c'est une réponse glaciale, tel un couperet et une seule expression, « ton fils est mort ». Le père demandera alors à voir le corps de son fils, mais en vain il n’y avait aucun corps de bébé, ni aucune trace de celui-ci même à la morgue. Depuis l'enfant reste introuvable et non déclaré, comme enfant décédé, par l’administration et celle-ci n'a donné aucune explication, ni aucune justification, sur la disparition de cet enfant à ce jour. Depuis cette date, le père se démène et n'a jamais baissé les bras et ne cesse de remuer ciel et terre, pour retrouver son enfant, ou une explication, à cette disparition et à cette mort annoncé subitement, puisque à ce jour le certificat de son décès, n'a pas été établi, ni même déclaré, à l’état civil, et figure toujours sur le livret de famille comme vivant et comme l’ainé de ses frères et sœurs, sans qu'il ne soit porté la mention décédé. Un vrai mystère.

D. Amine
Mercredi 21 Avril 2010 - 09:50
Lu 594 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+