REFLEXION

TLEMCEN : Des taudis au cœur de la ville



TLEMCEN : Des taudis au cœur de la ville
Tlemcen, ville d’art et d’histoire par excellence qui s’apprête à accueillir un évènement international en 2011 et qui sera la capitale islamique de la culture arabe prévue l’année prochaine est aussi une ville insolite, du fait qu’elle est l’une des rares agglomérations du territoire national à avoir des habitations précaires, des taudis au cœur même de la ville. Constitué de quelques habitations de fortune, ce quartier est visible, vu sa situation géographique à l’ombre du prestigieux El Mechouar et à quelques pas de la grande place Emir Aek et de l’ex-APC qui a été transformée récemment en musée. Mais il est suffisamment reclus pour échapper aux regards des responsables, à commencer par la municipalité qui ignore sans aucun doute à réagir à leur existence. Les mots s’avèrent insuffisants pour décrire les conditions de vie lamentables et insupportables dans lesquelles vivent les habitants de ce bidonville, à commencer par l’exiguïté et la vétusté des lieux. Les habitants exhortent les responsables à faire une virée pour constater l’amère réalité de leur quotidien. Ces laissés pour compte ont à maintes reprises espéré voir leur situation changer, mais qu’ils ont été à chaque fois déçus, pour des raisons qu’ils ignorent, car personne de ces responsables n’a pris ou su les convaincre et leur expliquer leur exclusion des diverses opérations de relogements lancées il y a une décennie, plus précisément en novembre 2001. « nous avons été oubliés par lesdits responsables, malgré le passage de la commission de wilaya de l’époque ( APC, Daïras, protection civile) qui avait jugé utile d’adresser une mise en demeure à l’attention des propriétaires pour la démolition des bâtisses que nous occupons » cette mise en demeure est restée depuis lettre morte selon un habitant qui se considérait à juste titre d’ailleurs lui et ses voisins comme les damnés de la terre. « nos rêves ont été brisés par des promesses sans lendemains, mais cela ne nous empêche pas de cultiver l’espoir de voir un jour le bout du tunnel, ajoute notre interlocuteur qui dit n’attendre que le jour de pouvoir déménager et quitter définitivement ces lieux maudits. Aujourd’hui, la situation des habitants se complique davantage, car les propriétaires ont décidé de les expulser par voie de justice et si cette action venait à aboutir, ces habitants se retrouveraient du jour au lendemain à la rue. C’est la raison pour laquelle, ils lancent un SOS au premier responsable de la wilaya pour leur venir en aide. « Nos souffrances et celles de nos enfants sont de plus en plus difficiles à supporter » déclarent-ils dans un dernier cri de désespoir pour régler leur situation et mettre fin à leur calvaire.

A. Habechi
Samedi 21 Août 2010 - 14:23
Lu 811 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+