REFLEXION

TLEMCEN CAPITALE DE LA CULTURE ISLAMIQUE 2011 : Mohamed Belhadj Ali à Réflexion : ‘’ Je suis très touché par l’accueil chaleureux des Algériens’’



TLEMCEN CAPITALE DE LA CULTURE ISLAMIQUE 2011 : Mohamed Belhadj Ali à Réflexion : ‘’ Je suis très touché par l’accueil chaleureux des Algériens’’
C’est avant-hier, à l’hôtel « Les Zianides » de Tlemcen qu’a été dénichée la troupe tunisienne Essalam de Béni Khiar. La chéchia, la âbaya sont de rigueur. Sauf que notre habituelle audace a retenu de force le Cheikh Mohamed Belhadj Ali, le chef de la troupe. Son sourire nous fit admirer sa dent de sagesse. « Je ne suis pas habillé, qu’il clamait. » « Peut importe, maître, que nous répondions. »
Depuis le samedi 22 mai 2O11 et jusqu’au mercredi 25, le palais de la culture, cette bâtisse flambant neuf à la sortie ouest de Tlemcen en allant vers Mansourah, vibrera au rythme de cœurs meurtris d’une Tunisie nouvelle. Livres, œuvres calligraphiques, conférences, films, documentaires et bien sûr de la musique seront au menu de cet heureux événement.
Le président de la troupe Essalam qui doit présenter un riche répertoire de madih et de dikr, a gratifié notre journal d’une courte interview. Très pris, Mohamed Belhadj Ali, n’a pas hésité un instant à se retourner vers les interpellations : « Votre avis sur l’accueil ! Votre avis sur l’accueil ! » Entre ceux qui ont vu se mêler leur sang durant la guerre de libération, on n’évite pas de pareilles questions.
Mohamed Belhadj Ali : Le meilleur des accueils que peut faire un maître de maison à ses convives. Je remercie tous les Algériens à travers vous pour cet accueil si chaleureux. Qu’Allah vous garde et vous bénisse.
Réflexion : Qui êtes-vous ?
Mohamed Belhadj Ali : Je m’appelle Mohamed Belhadj Ali. Je suis le chef de la troupe. Le Cheikh, en fait.
Réflexion : Présentez-nous votre troupe?
Mohamed Belhadj Ali : Notre troupe s’appelle Essalam. Nous sommes du nord-est tunisien. Plus exactement de Béni Khiar, une petite ville dans les environs de Nabeul.
Réflexion : Qu’allez-vous présenter ?
Mohamed Belhadj Ali : Nous interpréterons, bien sûr, nos madihs et nos dikr. Notre musique est classique. Classique dans le sens conventionnel. Mais il y aura aussi de la musique moderne qu’exécuterons d’autres troupes. Nous aurons l’honneur d’inaugurer le « festival » par une kacida intitulée : Salut à Tlemcen-Tahia li Tilimcen. Elle est de Djamel Essaliâi, un membre de notre troupe.
Le cheikh, en t-shirt rose et survêtement bleu, s'esquiva comme il apparut.

Benatia B.
Mardi 24 Mai 2011 - 11:39
Lu 1322 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+