REFLEXION

TISSEMSILT : Le secteur des transports dans tous ses états



Établir un plan de transport équitable au niveau de la ville de Tissemsilt se montre de nos jours un point qui reste loin de la concrétisation, son absence est désormais plus que ressentie, elle est quotidiennement palpable du fait de la répercussion de ses retombées, outre sa situation architecturale et son développement démographique qui s’accélèrent dans tous les sens, le transport dans la ville de Tissemsilt sombre dans un désordre indescriptible et c’est l’absence de l’organisation et certaines commodités qui pose particulièrement problème. En effet, il suffit d’héler un taxi pour qu’il s’arrête, ils sont par centaines à sillonner les quartiers de cette ville, ceux-ci s’ajoutent aux centaines d’autres clandestins dont l’activité s’est explicitement généralisée et même banalisée.  Ces fraudeurs et devant l’absence d’un contrôle rigoureux récidivent toujours, le jeu du chat et de la souris entre eux et policiers se poursuit chaque jour mais sans trop de chamboulement dans le secteur du transport, ils trouvent toujours autres endroits de stationnement et autres astuces pour contourner le travail de la police, certains diront que ce n’est qu’au bonheur des usagers des moyens de transport mais détrompez-vous, le commun des citoyens a constaté que durant toute la journée, le fait que d’héler un taxi et tout de suite, il s’arrêtera s’explique par leur nombre qui dépasse tout entendement. Le nombre des véhicules de ces transporteurs dépasse de loin les exigences de cette ville en matière de transport et le fait que ce « luxe » disparait dès 18 heures, suffit de comprendre que dans la mêlée, il a été accordé des autorisations de transport de personnes à n’importe quel demandeur. Le nombre de sociétés de taxi créé ces deux dernières années dans le cadre des multiples dispositifs d’aide pour les jeunes est plus que signifiant, et malgré cela, ces transporteurs s’éclipsent dès la tombée de la nuit laissant la ville sans transport nocturne. La situation n'est guère reluisante et le citoyen qui n’a pas su où s’adresser se pose énormément de questions : Pourquoi tolérer la création de tant de sociétés de transport de personnes sans pouvoir garantir sa disponibilité durant la nuit ? Pourquoi tolérer tant de licences d’exploitation de taxi dans une ville relativement pas assez peuplée ? Jusqu’à quand le déploiement des bus de l’entreprise étatique de transport ETUT sur l’ensemble du territoire de la ville ? A quand la mise en service d’un plan de transport étudié et équitable pour réussir ce créneau dans la ville de Tissemsilt ? Tant de questions qui ne trouvent encore pas de réponses faisant du transport un secteur qui ne roule vraiment pas fort, le désordre qui le caractérise démontre sans nul doute que sa gestion est à la limite de l’acceptable.                             

 

A. Ould El Hadri
Dimanche 9 Novembre 2014 - 16:31
Lu 100 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+