REFLEXION

TISSEMSILT : La sonnette d’alarme est lancée après les dernières intempéries

L’urbanisation de la ville de Tissemsilt que certains responsables ont toujours évoquée faisant du mot urbanisme un leitmotiv qui revient à plusieurs reprises est devenu ce vocable creux qui ne reflète rien de la réalité du terrain surtout avec son extension et notamment lorsqu’il pleut.



Les simples petites averses qui ont sévi par intermittence, ces derniers jours, dans la wilaya de Tissemsilt ont mis à nu un certain nombre de tares dans de nombreuses réalisations anciennes et récentes particulièrement les routes qui n’ont pas résisté à la furie des eaux et fort heureusement c’était la nuit, ainsi, cette ville qui s’assoie sur une terre très fertile s’embourbe dès la tombée des premières averses que même les avaloirs existants et curés n’arrivent à « absorber » et encore moins la réhabilitation des trottoirs et des routes qui ont englouti des milliards. Le spectacle est toujours pareil, la plupart des réseaux sont out que ce soit l’assainissement, l’eau ou les routes, des endroits entiers ont été envahis par ces crues, au chef-lieu de la wilaya, le débordement des eaux pluviales a carrément inondé certaines routes et dans certains quartiers, les routes ont été sérieusement endommagées entraînant même des difficultés de circulation et ce dès la levée du jour, la boue ajoute son grain de « terre » et amplifie la laideur du paysage éprouvé et terni par les décharges sauvages et autres ordures balancées pêle-mêle par l’inconscience et l’indifférence des « rurbains » implantés en ville. S’ajoute à cela la timide végétation qui a survécu aux opérations de déracinement et d’abattage, une situation très déplorable pour une ville qui a montré ses faiblesses devant un tel climat, ces pluies ont mis à nu certains travaux de bâclage en dévoilant les malfaçons dans les réalisations, la stagnation des eaux de pluie, la boue et les détritus en sont témoins et preuves de ce laisser aller que le premier responsable de la wilaya devra stopper du moment que lui-même qui est nouveau pour la wilaya a sans doute remarqué ces dysfonctionnements au niveau de cette ville de Tissemsilt qui s’est embourbée dans la boue à cause des regards obstrués et remplis par tout genre de détritus et autres gravats que certains responsables avaient ignorés ou peut être négligés pour des raisons qui restent encore inconnues. Ces dernières pluies devraient donner à réfléchir aux responsables locaux pour procéder au curage des avaloirs, à la réfection des rues qui comportent des nids-de poule ou sont inachevées et mettre en place un plan contre les inondations comportant les zones à risque de crues en vue d’éviter des dommages aux biens publics et privés, ainsi que de revoir le plan de circulation qui nécessite toute une autre vision appropriée à une ville qui a grandement pris de l’extension tout au long de ces dernières années. La situation ne diffère pas dans les autres régions de la wilaya, elle peut être plus grave. Enfin, il est légal de dire que devant cet état de fait, ces citadins écœurés déplorent la vue hideuse d’un environnement très défiguré et tant que durera ce semblant d’urbanisation décuplé par le manque de civisme des uns qui s’acharnent sur les dépotoirs à les gaver d’ordures et par ces travaux de rafistolage qui ne prennent jamais fin, la ville de Tissemsilt continuera à se noyer dans son propre cocon.

Ould El Hadri
Vendredi 16 Octobre 2015 - 16:26
Lu 102 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+