REFLEXION

TISSEMSILT : La misère et la pauvreté ont de beaux jours devant elles à Ain F’radja

Juchée dans des reliefs accidentés entre le chef-lieu de la daïra de Khemisti et Sidi Boutouchent au nord de Tissemsilt et constituée majoritairement de maisons de fortune qui datent de la période coloniale, la localité d’Ain F’radja, cette bourgade est devenue depuis sa création un vrai casse-tête pour les responsables qui se sont succédés.



Plusieurs programmes de développement ont été expérimentés dans ce trou de l’Algérie profonde mais sans grande réussite. Considérée comme une des régions les plus déshéritées, cette partie de la wilaya n’est encore pas sortie de l’ornière et des souffrances et ses habitants n’ont pas fini de se débattre dans de multiples problèmes qui hypothèquent le développement et l’épanouissement de leur localité. Une situation des plus intenables que vivent ces habitants depuis des  lustres, ils disent qu’ils se sont adressés aux autorités locales à travers des dizaines de pétitions dans lesquelles ils réclament leur part dans le développement, et parmi certaines commodités qui font défaut, ils revendiquent l’alimentation de leurs habitations en eau potable, un projet d’adduction qui permettra d’atténuer quelque peu la crise de l’eau qui perdure depuis longtemps. La présence des parcs avicoles  traditionnels près de l’oued Mahmoud a donné de nos jours un visage pas très accueillant au village au dégagement quotidien des odeurs repoussantes et à la vie quotidienne de dizaines de tonnes de déchets éparpillés partout sur le passage, les concernés affirment que par le passé, les inondations de Oued Mahmoud grossi à Ain F’radja par les eaux de pluies et des ruissellements ont causé d’importants dégâts aux propriétaires des parcs avicoles, l’installation d’un réseau d’assainissement et éradiquer toutes ces fosses septiques qui menacent la santé publique, l’ouverture des routes, l’éclairage et l’élimination des décharges sauvages qui se trouvent éparpillées à l’intérieur de cette bourgade s’imposent. Selon les habitants, les élus ne s’intéressent à eux que dans les circonstances électorales comme c’est  le cas aussi lors des visites des hauts responsables, et au vu des anciennes promesses qui ne se sont jamais réalisées par les élus et autres responsables.  Ils affirment que la situation ne cesse de se dégrader de plus en plus et interpellent particulièrement les autorités locales à leur tête Monsieur le wali en urgence pour une intervention efficace qui permettra d’alléger les souffrances des habitants et garantir le minimum des commodités pour une vie respectable.                               

A. Ould El Hadri
Dimanche 13 Décembre 2015 - 17:04
Lu 273 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+