REFLEXION

TISSEMSILT : L’informel est de retour

Par-ci par-là, des vendeurs à la sauvette et des marchés informels ont réussi à réinvestir les trottoirs et les espaces publics d’où ils ont été chassés durant la campagne d'élimination de ces points de vente clandestins, aujourd’hui, les trottoirs de la ville de Tissemsilt sont squattés par des commerçants légaux et illégaux et devant cette situation, la nature a horreur du vide et certains trouvent un palliatif pour occuper les trottoirs d’une part et de l’autre, le relâchement des contrôles sont à la cause de ce pourrissement.



Encouragés, les uns en profitent pour investir les espaces publics et même les routes. En effet, en dépit des mesures prises par les ministères du Commerce et de l'Intérieur pour éliminer ces espaces, une inquiétante réapparition de ces marchés anarchiques caractérise de nos jours le décor de la ville de Tissemsilt, une grande partie de ces marchés informels ont été éradiqués et ce, depuis le lancement de cette opération d'assainissement en août 2012. Toutefois, il a été observé la réapparition de plusieurs points informels qui avaient été auparavant éradiqués de la rue du premier novembre, ex OFLA, Sebala etc. L’informel est de retour un peu partout, une situation quasi similaire est en train de se mettre en place presque dans les mêmes endroits assainis même si elle se fait timidement par endroits par ces commerçants qui désertent ou vident leurs locaux pour occuper les trottoirs, il y en a certains qui rôtissent des poulets, épluchent des pommes de terre sur les trottoirs au mépris de toutes les conditions d’hygiène, en plus des anciens marchés anarchiques, de nouveaux ont fait leur apparition de façon progressive à travers les différents quartiers de la ville à l’exemple des plateaux, à la sortie ouest de la ville,  certains citoyens qui observent impuissamment ces différentes agressions de l’environnement et dont ils sont, en grande partie, des collaborateurs se sont légitimement interrogés ; quand les routes et les trottoirs reviennent à qui de droit, c'est-à-dire aux piétons ? A quand le respect des lois ?

A. Ould El Hadri
Samedi 12 Mars 2016 - 18:13
Lu 102 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+