REFLEXION

TISSEMSILT : L’hygiène publique reste le dernier souci des responsables

Au moment où le monde évolue à la vitesse de la 4G et aux technologies de pointe, la wilaya de Tissemsilt pâtit encore dans son sous développement et se renferme de plus en plus dans sa coquille donnant encore une image terne de sous-développée de la région Ouest du pays.



En effet, les exemples pour décrire certains états de fait  ne manquent pas, mais le plus illustrant a une relation directe avec le quotidien des habitants de cette ville, de leur santé et de leur environnement. En effet, la création des vespasiennes publiques date de 1840 à Paris, malheureusement à Tissemsilt ce côté de bonne santé est latéralement négligé et ne fait plus partie des priorités de nos responsables du fait qu’il n’existe plus de toilettes publiques ou d’urinoirs au niveau de tout le territoire de la wilaya de Tissemsilt, notamment au chef-lieu de la wilaya de Tissemsilt. Ces vespasiennes publiques qu’impose le souci d’hygiène ne font malheureusement plus partie des priorités de nos responsables et ont donné lieu à un phénomène des plus repoussants. Malheureusement, chaque jour que Dieu fait, des citoyens indélicats et en l’absence des toilettes publiques ou/et de vespasiennes, se dirigent en toute impunité sur les murs pour se ‘’soulager’’  et faire des lieux un véritable urinoir, à cela, s’ajoute l’indisponibilité de la quasi totalité des toilettes aux niveaux des cafés, restaurants et même des cabinets médicaux des privés. Ainsi, Tissemsilt se retrouve par la force de l’inertie contrainte d’accueillir ses visiteurs par les odeurs nauséabondes et des scènes d’un autre âge qui s’étaient implantées sauvagement sur les murs et les clôtures des édifices publics et même des habitations. Enfin, il est utile de préciser que les trois espaces (El Merdja, route de Hammadia et route d’Alger) réservés pour le stationnement des taxis et autres transporteurs de voyageurs sont toujours dépourvus de telles commodités de quoi donner à se ressaisir pour nos responsables envers lesquels le message est bien lancé afin de songer même tardivement à l’installation de ces « sanisettes » à bon entendeur.

Ould El Hadri
Lundi 6 Avril 2015 - 17:27
Lu 177 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+