REFLEXION

TISSEMSILT : Encore un autre blocage à l’APC de Layoune

Selon les rares informations que nous avions pu collectées, la majorité absolue des élus de l’assemblée populaire communale de Layoune, située à une trentaine de kilomètre au nord de Tissemsilt serait contre l’actuel maire. 15 membres sur les 19 que compte cette assemblée se sont abstenus encore une fois à se présenter à la session ordinaire de l’APC.



Un état de fait qui a poussé les uns à annoncer déjà une autre phase de blocage similaire à celle de l’été de l’année 2013. La tension entre élus est montée d’un cran et sans doute, ce mandat municipal n’a pas été vraiment le mandat de la cohabitation, de la tolérance et de fraternité pour les membres de  cette assemblée populaire communale. En effet, des membres de cette assemblée tout en sachant que la motion du retrait de confiance n’est plus pratique de nos jours, ils se sont quand  même engagés dans une action ouverte à plusieurs hypothèses et dont les répercutions demeurent imprévisibles et sans garantie.  Des élus se sont retirés de la réunion et ont refusé de signer certaines délibérations qui en fin de compte n’ont pas été paraphées et émargées que par quinze (15) membres sur les dix-neuf(19) qui composent l’assemblée expliquant les causes d’une divergence entre eux et le P/ APC qui ne date pas d’hier. Les élus réticents se gardent leur droit de réserve quant à une éventuelle participation à quelconque délibération communale au milieu des instructions judiciaires ordonnées par le magistrat instructeur près le tribunal de Teniet El Had (wilaya de Tissemsilt) depuis le début de cette année. L’attitude du maire accusé par ses paires pour conclusion de marché en contradiction avec le Code des Marchés Publics et sans leur consentement à l’image de projets relatifs aux factures excessives des produits de détergents, l’aménagement de certains quartiers de la ville de Layoune ou d’autres contrats d’acquisition de produits de quincaillerie et de pièces de rechanges. Cette situation de  blocage s’est déjà installée au sein de cette assemblée ce qui a selon les habitants de cette localité négativement influé sur le développement local, ils  trouvent injuste que leur commune reste en retard dans l’aboutissement des projets particulièrement ceux entrant dans le cadre du PCD et aussi sans prise en charge réelle qui pourra dégeler la situation à cause des rancunes et autres querelles entre les membres de cette même assemblée. Selon les observateurs, cette action est en elle-même un signe fort des conséquences de la politique de l’exclusion, un point que les quinze antagonistes jugent suffisants pour faire aboutir à un seul objectif;  « faire tomber l’actuel maire ». En somme, cette action transmise aux responsables de la wilaya démontre du marasme qui caractérise déjà la relation entre élus eux-mêmes, alors  qu’on serait-elle dans peu de temps avec ces élus et la population, d’autre part, certaines sources affirment que devant cette grande pression exercée contre le maire, ce dernier compte jeter l’éponge afin d’éviter plus de confrontations et préserver l’intérêt de la population.

A. Ould El Hadri
Dimanche 22 Mars 2015 - 15:52
Lu 209 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+