REFLEXION

TISSEMSILT : Des mosquées dépourvues de murs de clôture à l’abandon

Insolite ce qui se passe dans certains établissements et autres édifices de l’état au niveau de la ville de Tissemsilt notamment dans les mosquées, et encore plus, la manière par laquelle pensent certains responsables quant à la prise en charge de ces lieux de culte relégués à de simples bâtisses détournées de leur vocation.



En effet,  une majorité des mosquées au niveau de la ville de Tissemsilt sont construites sans prendre en compte de sécuriser ces lieux par des murs de clôture ou d’enceinte, ces endroits sont de nos jours exposés aux quatre vents, des traces de vandalisme sont visibles aux niveaux de certaines mosquées à l’image de celle implantée à la cité des plateaux, les espaces et autres placettes qui se trouvent devant ces mosquées sont délaissés et les stigmates de l’oubli et de l’abandon sont encore visibles et témoins sur un état de fait de délaissement et de négligence caractérisées,  ces placettes sont devenues des lieux de prédilection pour les sub-sahariens. Ces  refugiés n’hésitent pas à laisser derrière eux des vêtements et autres matelas et couvertures éparpillés sur les placettes et les jets d’eau comme c’est le cas à la mosquée Aboubakr Seddik  ¨qui suscite des interrogations de la part de certains fidèles. Effectivement, pourquoi ne pas profiter de ces placettes se trouvant devant les mosquées en les clôturant coupant ainsi la route aux vagabonds et autres vendeurs occasionnels qui ne respectent plus la sacralité de ces lieux et éviter en même temps aux passants et autres fidèles le regard quotidien de ce paysage hideux, comme l’école des mosquées Aboubakr et Bilal ne sont qu’une petite illustration de la situation qui prévaut dans plusieurs lieux de culte, selon la logique des choses ; la sécurité de ces lieux et leur sauvegarde devront être la priorité des responsables concernés sachant que des enveloppes consistantes sont déboursées sur des projets sans un grand effet sur la population et sur l’architecture de la ville et c’est encore malheureux pour la wilaya et aux lecteurs d’en juger.         

A.Ould El Hadri
Samedi 23 Août 2014 - 17:22
Lu 82 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+