REFLEXION

TISSEMSILT : Des citoyens accusent le chef de daïra de bureaucratie



TISSEMSILT : Des citoyens accusent le chef de daïra de bureaucratie
Cela fait maintenant douze ans que les occupants des logements de fonction de la rue Benbadis de Tissemsilt vivent une situation pas très confortable et préoccupante, du fait du silence observé jusque là par les services de la daïra quant à la régularisation de leurs logements respectifs qui remplissent. Selon eux, toutes les conditions réglementaires et juridiques menant au désistement au profit des occupants. Les plaignants ne se sont pas contentés de solliciter le premier responsable de la wilaya pour une ultime intervention qui les rétablira dans leurs droits. Ces derniers réclament l’ouverture d’une enquête pour situer les principaux responsables de cette bureaucratie et de ce retard puisqu’ils ont précisé dans des correspondances adressées à qui de droit, dont nous disposons des copies, que les services de la daïra ont complètement ignoré la loi 81/01 ainsi que l’article 40 de la loi des finances 2001 qui stipule que tout dossier de demande de cession déposé avant le 31/12/2000 et remplissant toutes les conditions sera approuvé par la commission. Cependant, les plaignants précisent qu’ils détiennent par écrit l’accord de la direction de l’éducation de la wilaya et celui de l’APC dont une délibération datée du 18/11/1998 ainsi que celui de la daïra dont une délibération datée du 03/01/1999 N° 03/99 est signée par les membre de la commission de la daïra de cette époque et attendent la finalisation des procès -verbaux d’évaluation de la direction des biens de l’Etat pour procéder aux étapes de désistement envoyés à la daïra en date du 18/05/2003 et ajoutent que toutes les décisions de désistement, au nombre de neuf, approuvées par PV du 27/12 2000 ont été régularisées à l’exception de celles de la rue Benbadis et sur ce point, ils s’interrogent : « tous les désistements ont été décidés et portés sur ce PV, alors pourquoi les services de la daïra ont-il régularisé les uns tandis que nous, on nous fait goûter de tous les supplices sans pour cela nous donner une réponse à cette situation qui traîne depuis douze ans ». Enfin, les plaignants pointent d’un doigt accusateur l’actuel chef de daïra et sollicitent que les hauts responsables ouvrent une enquête qui déterminera les responsabilités et les rétablira dans leurs droits…

A.Ould El Hadri
Samedi 21 Mai 2011 - 11:15
Lu 695 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+