REFLEXION

TISSEMSILT : Absence d’une structure d’accueil spécialisée pour les mendiants et SDF

A l’instar de la majorité des villes d’Algérie, les malades mentaux et les SDF (sans domicile fixe) sont de plus en plus nombreux à sillonner les artères de la ville de Tissemsilt particulièrement ces derniers temps où les gens ont sans doute remarqué que leur présence est ressentie partout où le citoyen se déplace. Beaucoup de ces malades mentaux et ces SDF n’ont eu la chance de survivre et d’affronter les situations les plus difficiles que grâce à la bénédiction du bon Dieu.



Il faut dire que ce phénomène de l’errance et de la mendicité ne cesse de prendre des proportions alarmantes. Un simple tour au centre-ville de Tissemsilt ou aux niveaux des centres urbains démontre la multiplication des phénomènes de l’errance et de la mendicité d’un côté et le silence des parties concernées de l’autre, sinon comment expliquer que cet état est tel qu’on a l’impression qu’aucun geste n’est venu endiguer ce phénomène et que depuis 1984 année où Tissemsilt était promue au rang de wilaya et l’inexistence d’une structure d’accueil spécialisée ou d’un hôpital psychiatrique n’a jamais été une des priorités des responsables. Il est à préciser que depuis un temps relativement long, presque toutes les artères des villes sont envahies par ces marginaux et ces malheureux nonobstant ceux qui ont fait de la mendicité leur métier, cette situation paraît désormais et plus que jamais un dysfonctionnement flagrant dans les priorités des responsables locaux et dans la prise en charge de cette frange de la société surtout en cette période qui précède le grand hiver, depuis une année ou deux et jusqu’à présent, leur nombre s’est considérablement multiplié, ceci se constate même devant les édifices publics, ils sont partout et il y en a même qui représentent un danger sur la santé des citoyens. L’urgence de doter la wilaya d’une pareille unité dont on ne cesse de parler depuis des années s’impose plus que jamais et une prise en charge rapide et efficace dans une structure spécialisée d’accueil de cette catégorie fragile et marginalisée est vraiment nécessaire, de plus, des campagnes de ramassage seront plus que salutaires pour le moment.  La mobilisation des services de l’action sociale et de ceux des APC s’annonce plus qu’inévitable.                          

A. Ould El Hadri
Dimanche 22 Novembre 2015 - 17:11
Lu 84 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+