REFLEXION

TIGUENNIF : Les vandales sont passés par ici !


Les jeunes ruraux qui ont fait le tour de la ville à la veille de l’Aïd ont laissé des traces très importantes à travers l’ensemble des quartiers.



En effet, ces jeunes qui se pavanaient à leur aise à travers les ruelles sans être inquiétés ou du moins rappelés à l’ordre, ont mis le feu aux nombreux monticules d’ordures sans épargner les poubelles en plastique disposées dans les endroits jugés utiles par l’APC. Ces poubelles ont couté une fortune à l’APC et les voilà parties en fumée. Les grands feux ont débuté à Sidi Athmane à proximité du dock silo, pour ensuite atteindre le quartier de Sidi Okba devant l’école puis le reste de la ville. Les élus sont absents puisque seuls les pompiers se sont dépêchés sur les lieux suite à l’appel des citoyens pour éteindre ces feux qui dégageaient une fumée suffocante. Même le gazon planté dans l’espace du rond point de Sidi Athmane n’a pas été épargné, puisqu’un jeune de 10 ans a mis le feu sur ce qui restait de ce gazon asséché vers minuit. Il a fallu l’intervention d’un confrère qui avait une bouteille d’eau à la main pour l’éteindre, mais qui n’a pas échappé aux insultes proférées par le gamin, alors que faisait ce gamin dehors à cette heure-ci ? L’insécurité règne dans la ville. Si Bouamrane, un vieux de 70 ans disait : « On pensait comment débarrasser notre ville de ces ordures qui augmentent du jour au lendemain, la dégradation des trottoirs et des rues qui ne sont pas squattés, des beuveries à ciel ouvert dans les deux lacs au vu et au su de tous, et voilà que s’ajoute des actes de vandalisme. Les commis de l’Etat sont loin pour voir très loin ce qui se passe dans la ville, les élus sont déjà en campagne et ne peuvent prendre de décisions contre les  ruraux qui ont pris une confortable place dans la ville et qui sont la cause de tous les maux, avec leurs véhicules Mazda stationnés n’importe comment et n’importe où, même sur les trottoirs, des camions de gros tonnage qui circulent librement dans les quartiers résidentiels, faisant la drague, la vente de produits sans autorisation une concurrence déloyale devant les commerçants titulaires de registre et payant des impôts. Ils font également les clandestins, un meilleur moyen de faire connaissance avec des femmes de toutes les classes. Et nous, nous assistons les bras croisés, ces gens agressant ouvertement nos mœurs et nous ne pouvons rien dire, la loi nous punit. Que les responsables de cette ville nous orientent et nous donnent la solution puisqu'ils ne peuvent pas la prendre » ce que disait Si Bouamrane est vrai et toute la population de la ville est témoin. A Tighennif, là où existe un café, le quartier est envahi et les mitoyens de ces cafés vivent le martyre avec ces gobelets jetés partout et des paquets de cigarettes, ces coins sont connus, à l’entrée Sud (à proximité de l’agence) à l’entrée nord-est, à Sidi Athmane (le rond point et la voie vers Maarif) à Sidi Hamou devant le lycée Ferhaoui, à la sortie vers El Bordj et à la Sortie vers Sidi Kada. Ces coins rassemblent une foule indescriptible composée de gens des douars avoisinants qui ne reculent devant rien agressant verbalement femmes et hommes sans que personne ne bronche, ils ont transformé les coins vides en pissoirs sauvages et saccagé les espaces verts, sans scrupule, comme si l’Algérie ne leur appartient pas et pourtant ce sont eux qui ont bénéficié d’aide à l’habitat rural, à l’ANSEJ qui leur a donné des voitures de luxe pour se balader  et importuner tout le monde. Comme disait un proverbe de chez nous « yaklou el ghala ou sabou el mela ».   

B.Boufaden
Mercredi 22 Août 2012 - 14:28
Lu 270 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+