REFLEXION

TIGHENNIF : Un peu d’égard pour nos cimetières

Un petit tour au niveau des cimetières à Tighennif vous fait froid dans le dos. Ces lieux de repos des morts sont offusqués et donnent à réfléchir tant les profanations et les effets de saccage sont visibles à l’œil nu notamment le cimetière de Sidi Omar Trari qui se trouve à proximité de la sablière où fut découvert l’homme de ‘’palikao’’.



Le cimetière en question est dans un piteux état.  Plusieurs familles ont exprimé leur mécontentement de la situation qui y prévaut. Les herbes sauvages ont envahi le cimetière, et il est devenu difficile de retrouver la tombe d'un proche «Pitié de nos morts !», crie un père de famille au bord de la crise de nerfs. La prise en charge des lieux de l'éternel repos mérite plus d'attention et d'entretien » Le cri de colère lancé par l'un des visiteurs du cimetière sera-t-il entendu ? Visiblement l’état du cimetière de la ville, suscite la colère des citoyens « Nous sommes allés au cimetière la semaine dernière, nous sommes effarés par la saleté et l’état de délabrement indigne de nos chers disparus. Dans les allées, ce ne sont que des herbes folles. Lamentable ce qu’on voit !  », s’emportaient les dames en ce jour du marché. Plus loin, un homme qui revient du cimetière confirme : « Il n’y a plus aucun respect pour les défunts. Il faut que la commune prenne la chose au sérieux, honte à elle méconnaissable, ses allées sont beaucoup plus clean et en tout cas plus pistes fagnardes. » Les zones de terrains vagues ou espaces en jachères ont disparu. Les pierres tombales éventrées, pulvérisées donnant à penser qu'il y aurait eu batailles rangées de voyous ne sont plus légions. Des chemins impraticables, d'autres passages sont toujours piégeurs et il y a encore de la besogne quand on voit cette tombe qui fait peine à voir. Un piteux état se traduisant par des allées de caillasses à se torcher le pied, des tombes recouvertes de feuilles, des sacs de détritus, des tas de gravats pistes fagnardes. Le cimetière de la ville se retrouve, aujourd’hui, complètement délaissé et dans un piteux état. Négligé et non entretenu, à la sortie sud de la ville, est actuellement à l’abandon. A l’intérieur du cimetière, le paysage est désolant, en plus des mauvaises herbes, des détruits en tous genres jonchent les allées. Des sachets, des bouteilles et bien d’autres déchets, donnent une image déplorable à ce lieu. Les tombes et les tombeaux, dont certains sont complètement détruits, sont dans un piteux état, la clôture et le mur d’enceinte sont défoncés. La plupart ont fait l’objet de dégradation et d’actes de vandalisme. Pire encore, faute de lieux de distraction, des jeunes des quartiers avoisinants ont transformé le site en stade où ils s’adonnent à des parties interminables de domino en stationnant des voitures à l’intérieur du dit cimetière «C’est vraiment inacceptable de voir le cimetière dans un état pareil, c’est honteux ! Le comble, c’est que ça n’a l’air de déranger personne», dira un riverain, avant. C’est une honte pour nous, enfants de la région, de ne pas respecter nos cimetières. Les responsables locaux doivent agir dans les plus brefs délais, pour mettre un terme à cette situation désolante. Le même problème est constaté au niveau du cimetière de Sidi Benmoussa dans la commune de Froha dans la daïra de Ghriss, en effet, ce lieu était autrefois un endroit de rencontre pour les femmes de la région, elles se préparaient dès le bon matin avec un panier garni et beaucoup de viande, elles amènent leurs malades pour le tour des Saints vénérés, puis elles allument leurs ‘’Canounes’’ pour faire un genre de méchoui qui régalent les ‘’Djinns’’ et tard dans la soirée, elles regagnent leurs domiciles, aujourd’hui, ces lieux sont envahis par les ordures et la dégradation, les tombes profanées, le plus désolant c’est les mauvaises herbes brulées, que doit-on dire à ceux qui ont osé brûler nos morts dans leurs tombes ?

B. Boufaden
Vendredi 2 Septembre 2016 - 17:38
Lu 197 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+