REFLEXION

TIGHENNIF - MASCARA : Le siège coute 30 millions, alors que l'informel règne en maître



Suivant des graffitis que l’on pouvait lire sur l’ensemble des murs de la ville de Tighennif, l’inscription disait que la ville est vendue aux enchères publics pour le montant de 3O millions de cts le siège faisant allusion aux alliances qui se sont faites entre certaines formations politiques pour avoir la majorité de gouverner au niveau de l’APC. Tous les doigts sont braqués vers une formation nouvelle qu’ils accusent d’avoir des sièges moyennant des sommes importantes d’argent. Il n’est plus question de compétence ou de cadres à mettre en place pour donner a la commune un plus, mais il est question d’avoir l’APC dans sa formation politique pour pouvoir s’imposer. Durant toute la campagne, on n’a pas pu voir un seul orateur parler  de ce qu’il pouvait apporter de plus à une APC et aux citoyens de cette même APC. On sait que le maire ne pouvait vraiment rien apporter à l’APC sauf régler ses problèmes et ceux de ses proches, mais au moins un parti politique peut du moins s’approcher du gouvernement pour demander un programme spécial qui peut être un avantage pour les jeunes de la commune, appuyer la demande du wali pour avoir un quota de logement en plus. Nos élus et à leurs têtes leurs chefs de partis ont un seul souci en tête c’est conquérir l’APC et après eux c’est le déluge comme disait « NAPOLEON ».L’informel continue à régner en maitre au niveau de la ville de Tighennif, cette commune qui semble échapper aux lois de sa Tutelle, sinon comment allons nous expliquer le phénomène de l’informel qui a presque été éradiqué à travers l’ensemble des villes de la wilaya mais continue à exister normalement au niveau de la ville de Tighennif. L’ensemble de la ville a ses rues et ruelles squattés par des individus qui exercent un commerce sauvage et sans le moindre papier que ce soit au centre de la ville ou dans ses périphéries le problème se pose de la même manière. La rue jouxtant la prison est animée chaque jour et du matin au soir  par ces produits étalés paisiblement et sans aucune inquiétude. Le Boulevard des martyrs voit que l’ensemble de ses trottoirs sont squattés par les bouchers qui s’adonnent et d’une manière anarchique à faire de la rôtisserie avec des engins exposés sur les trottoirs obligeant ainsi les passants à emprunter carrément la chaussée ajoutant un  autre problème à la fluidité de la circulation qui est déjà complexe par la faute du stationnement paire alors que des plaques  indiquent  stationnement impair… où alors qu’allons nous dire de ces magasins qui sont ouverts et qui  ne répondent à aucune règle ? La direction du commerce se trouve absente pour mettre les gens devant leurs responsabilités et donner à la ville son look d’antan. Les ex. élus ont laissé un très mauvais héritage à ceux qui viennent d’être investis, les nouveaux élus doivent se mobiliser durant plusieurs mois pour mettre le train sur rail s’ils ont vraiment l’envie de rendre à Tighennif son image de ville urbaine. Les commerçants dans leurs ensembles doivent être rappelés à l’ordre pour se conformer aux règles commerciales et doivent savoir que l’espace des trottoirs sert aux piétons et que chacun d’eux doit faire l’usage de sa vitrine et n’ont pas exposé ses produits sur un espace qui ne lui appartient pas. Les occasionnels doivent rejoindre les rangs et régulariser leur situations comme le reste des commerçants  en se rapprochant  de la Direction du Commerce qui leur accorde des facilités pour bénéficier d’un local et exercer sa fonction conformément à la loi. D’autres parts, les commerçants ont une grande part de responsabilité pour la propreté de la ville, eux qui s’amusent à jeter leurs emballages n’importe comment à travers les rues comptant sur la commune pour le ramasser, d’ailleurs la campagne électorale pour les locales a laissé une très mauvaise image avec ses murs couvert de portraits des élus collés ça et là en dehors des espaces d’affichages suivi par ces graffitis de toutes les couleurs. Même le stationnement est anarchiques sur le boulevard des martyrs, les gens se conduisent comme bon leur semble faisant de la ville un douar, on assiste parfois à des manœuvres qui ne se font que dans les champs, s’exécuter en plein centre de la ville.                 
 

B.BOUFADEN
Samedi 8 Décembre 2012 - 00:00
Lu 261 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+