REFLEXION

TIARET : Des fellahs et des producteurs de semences interpellent Bouazgui

Plusieurs fellahs et producteurs de semences, et plus particulièrement de la région sud de la wilaya, sont sous un climat de stress et d’inquiétude, suite aux notifications dont ils ont été destinataires et dont l’objet est le paiement de leurs dettes auprès de plusieurs banques ; et même au niveau de certaines C.C.L.S, et même le ton ayant suivi les objectifs des correspondances a changé de cadence.



Selon les fellahs qui ont été à la hauteur de leurs tâches ; le ton est menaçant..."Nous avons injecté tout notre argent dans la campagne labour-semailles, cependant nos terres ont été exposées à une sécheresse qui perdure depuis déjà 2 années et certaines rumeurs; voire très folles, avancent que faute de non-paiement de dettes, les terres et le matériel agricole seront saisis jusqu’à satisfaction des dus...nous ne pouvons plus satisfaire les dus et pour cela nous sollicitons une réelle prise en charge de la part du ministère de l’agriculture et nous revendiquons une visite ministérielle sur les lieux pour un constat et des expertises et c’est un droit puisque Tiaret a été depuis longtemps un véritable grenier de céréales et qu’elle a toujours détenu le record de la production de céréales à l’échelle nationale et à voir nos terres aujourd’hui, c’est la déception et la peur du lendemain; si ce n’est ce bout de foi qui nous ouvre des brèches d’espoir », nous diront certains producteurs de semences. Ces derniers   n’ont pas caché leur mécontentement vis-à-vis de l’absence de l’accompagnement des services agricoles et aussi les réticences de tous les intervenants dans le secteur agricole à gérer une symbiose communicante et la stratégie des impacts pouvant être déclenchés après des études et des réflexions avancées et il est d’urgence de créer de nouveaux mécanismes d’intervention pour accélérer le développement des banques et pour l’heure, les fellahs sont très inquiets et ne savent plus à quelle porte frapper, et à ce calvaire de sécheresse, s’ajoute une autre peine reflétée par les maladies qui frappent leur cheptel à l’exemple de brucellose et de fièvre aphteuse.

Abdelkader Benrebiha
Mardi 6 Juin 2017 - 19:23
Lu 265 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 24-10-2017.pdf
3.93 Mo - 23/10/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+