REFLEXION

Silence, on vaccine!



Le dernier bilan dévoilé par le ministère de la santé, concernant la grippe porcine fait état de 57 cas de décès et plus de 890 cas confirmés, soit trois décès de plus par rapport au bilan précédent qui ne date que du 7 janvier dernier. Ces chiffres, selon les spécialistes, font planer le doute sur leur véracité, du fait qu'il n'existe aucune organisation de travail ou organe chargé du suivi à travers le territoire national qui pourrait résumer avec précision les statistiques relatives aux cas atteints de grippe porcine pour la simple raison que la qualité de l'information n'est pas fiable pour l'instant, comme il n'est pas évident, selon toujours les spécialistes, de prétendre connaître réellement le nombre de cas confirmés, ni le nombre de décès entraînés par cette maladie. Cette situation vient nous rappeler la gestion catastrophique depuis le début de l'opération de vaccination contre le virus H1N1. Toutefois, il y a lieu de soulever également, le problème auquel sont confrontés les différents services hospitaliers et autres structures sanitaires, devant le refus de la population de se faire vacciner, à commencer par les femmes enceintes, les malades dits lourds et chroniques ainsi que les enfants. Tout ce petit monde se montre réticent à l'idée de se faire vacciner et pour cause le manque de confiance sur la fiabilité du vaccin importé et le cas du décès du médecin à Sétif, deux facteurs qui ont été à l'origine de la démobilisation de toute une population qui réclamait aussi paradoxal que cela puisse paraître le vaccin contre le virus H1N1 et l'attendait avec impatience. Mais depuis le début de la campagne de vaccination, lancée le 30 décembre 2008, cette effervescence et cette inquiétude semblent se dissiper chez les algériens d'où le retournement de situation, les centres de santé ouverts spécialement à cet effet, sont demeurés vides. Pire encore, cette démobilisation de la population trouve son explication aussi sur le fait que le personnel de la santé a refusé de se faire vacciner, ce qui a semé le doute au sein des citoyens quant à la fiabilité de ce vaccin. Quoique tardivement, l'Algérie a réceptionné pas moins de 1,3 millions de doses de vaccin contre la grippe H1N1, sur un total de 20 millions commandées, qu'en est-il actuellement de cette campagne de vaccination ? Sachant que les facteurs de transmissions du virus, par vois aérienne ou par contact avec des sujets atteints, facilitent une propagation de la maladie dans des sens très difficiles à contrôler. Pour le moment, il semblerait que la pandémie s’éloigne mais pour quelques mois seulement. Serions-nous cette fois, capables d’y faire face et de mener à bien la mission qui est la notre ? Seul le ministère concerné pourra apporter une réponse. Espérons qu’il sera à la hauteur de la confiance placée en lui et nous fera oublier les déboires de cette fin d’année.

Amara Mohamed
Lundi 18 Janvier 2010 - 11:28
Lu 356 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+