REFLEXION

Silence... On massacre Mostaganem

INSECURITE, CORRUPTION ET DEVELOPPEMENT A PAS DE TORTUE

Une nouvelle fois Mostaganem est signalée au bas de l’échelle du développement à performance économique par des centaines de citoyens que nous avons interrogés. Alors qu’elle s’en est sortie avec beaucoup de chance du tourbillon de plusieurs contestations, les autorités de la wilaya n’ont pas pour autant profité de ces circonstances favorables à un décollage économique.



Silence... On massacre Mostaganem
La corruption, le chômage, le logement, le manque de structures pour les jeunes, la délinquance, l’exode, et le retard dans la réalisation de certains projets vitaux pour le développement de la wilaya, sont autant de mots et de maux qui reviennent sur toutes les lèvres, y compris de la bouche de quelques responsables. Et ces témoignages prouvent que la vie dans la ville de Mostaganem  est aussi intenable au même titre que les localités rurales.

La corruption ou le visa des affaires
Historiquement, la corruption a été toujours à l'origine de la ruine de Mostaganem, et même de la disparition de la confiance entre les représentants  de l’Etat et les résidants en découle de ce fait. Mostaganem est la ville la plus corrompue d’Algérie. Elle est devenue le refuge de la MAFIA DU SABLE, des barons  de l’import-export, de l’alcool et du ciment.  L'accès facile aux  projets, avec intérêts bien sûr, surtout en direction de la politique  « gagnant-gagnant » avec des entreprises importées du centre du pays ou ceux de la wilaya de Relizane, qui ont fuit il y’a quelques années leur ville  sous prétexte qu’elles  étaient  menacées par des terroristes ; a fait en sorte que la capitale du Dahra  soit envahi par  des entrepreneurs de « chkara » non qualifiés, des bureaux d’études incompétents et de faux investisseurs à la lumière de l’aveuglement des autorités si ce n’est pas leur complicité, tout comme par la bénédiction des élus de la Nation et des élus locaux. Ainsi ces affairistes se sont accaparés des dizaines de lots de terrains et d’étendues parcelles de terre agricoles pour blanchir leur argent sous forme de projets fantoches qui ne rapporteront rien ni au développement de la ville ni au contribuable. A titre d’exemple, un investisseur qui s’est procuré dernièrement une parcelle de 10 hectares,  l’a transformée en un centre équestre !  La question : Que peut rapporter le dressage des chevaux  au développement  de Mostaganem si ce n’est que l’intérêt mondain de l’investisseur qui va augmenter son chiffre d’affaire ?

Des projets phares en souffrance  
Alors que plusieurs projets  indispensables, inscrits dans le programme   quinquennal  semblent être oubliés par les décideurs de la wilaya, à la périphérie de Mostaganem, plusieurs douars souffrent du manque d'eau, de l’isolement et du manque de prise en charge médicale. En l’absence d’un centre de maternité,  une femme enceinte  qui habite à Tazgait-ville où aux douars de la localité d’Achaacha,  est dans l’obligation de  prendre un « clan »  pour accoucher à l’hôpital le plus proche soit CELUI DE Sidi Ali qui est à 30 km. Depuis des années, plusieurs projets phares ont été lancés et jusqu'à présent, aucun d’entre eux n’a vu le jour .En 2007, la population Mostaganémoise  a accueilli avec joie l’annonce de lancement de certains projets culturels. Mais voila 5 années passées et ces projets sont toujours en souffrance. Y parmi, le théâtre régional, l’école des  beaux arts, l’auberge de Stidia et l’école classique de la musique dont la date de lancement des travaux était prévue en 2007  avec un délai de réalisation de 18 mois, demeurent toujours en souffrance.
A retenir, que 10 entreprises de bâtiment se sont succédés pour la réalisation du théâtre régional  mais en vain ;  alors que l’auberge des jeunes de Stidia, son délai de sa réalisation devait êtres dans les 9 mois, mais là aussi, le projet traine encore. Quant à l’hôpital « EPH », le délai de sa réalisation est  de 3 ans, lancé en 2007  avec une étude banale, «  l’hôpital conçu pour (240 lits) a vu son étude orientée pour en faire un établissement de 220 lits. 5 ans après et par miracle peut-être, après tant de milliards consommés en de faux et scandaleux travaux, que les autorités  concernées ont vu utile de refaire l’étude pour modifier le nombre des lits et revenir au projet mère (c.à.d.  240lits ) ! Ainsi, au moment où toute une population  attend cet hôpital qui devait ouvrir ses portes en 2012,  voilà qu’elle se heurte  contre l’annonce de « tout est à refaire ». Autre dossier, un  important projet   semble  tomber de la serviette  des responsables de la wilaya,  qui n’est autre que celui de la modernisation  de la ville de Mostaganem et celui de la réfection de  l’oued de Ain Sefra .Enfin, concernant  le port  de pêche et de plaisance de La Salamandre qui a bouffé 372 milliards de centimes  et dont sa réalisation  a duré 11 ans , l’on ne sait encore si c’est un port de pêche, un port de plaisance, ou tous les deux à la fois !?

L’Insécurité ou le mal de vivre
« Difficile de circuler à partir de la tombée de la nuit, puisque le risque d'agression n'est pas à écarter, parfois les éléments de la police passent, mais rien n'a changé », lance un jeune de passage. La situation est toujours la même. D'ailleurs, la semaine dernière, nous avons rapporté dans l'une de nos éditions, la situation qui prévaut à cet égard. Nous avons écrit, qu’un policier a été agressé et délesté de son arme à feu, un autre citoyen égorgé alors qu’il tenait son bébé de 3 ans entre ses bras, et tant d’autres faits divers qui donnent de la froide sueur. Plusieurs jours sont passés, néanmoins la situation reste toujours la même. Les quelques passants que nous avons rencontrés  sur la place de l’hôpital au centre ville de Mostaganem, dénoncent d'une voix unanime, cette situation accablant les pouvoirs publics de ne pas prendre les mesures qui s'imposent. « pourquoi ne se décident-ils pas à exploiter  par exemple le  site de l’ancienne cinéma l’Alambra, qui sert de refuge pour ces criminels, sinon renforcer la sécurité », s’interrogent plusieurs Mostaganémois.

Chômage, le RAS-LE-BOL des jeunes
Les jeunes  ne savent plus quoi faire, ils sont de plus en plus nombreux, diplômés des universités ou sans niveau d'instruction. Mis en confiance par notre approche,   ces jeunes dont les langues se délient peu à peu, racontent leur calvaire. Le seul sujet qu'ils évoquent avec un mélange de fierté et de tristesse, c’est de trouver un emploi, se marier et vivre comme des citoyens honnêtes.
Décrocher un poste permanent devient un miracle pour eux. « Ecrivez que nous ne vivons plus, que nous sommes abandonnés à nous-mêmes sans espoir de nous en sortir », enchaîne un jeune en colère. A défaut d'infrastructures de taille, « les jeunes dégoûtés s'adonnent à la drogue », s'inquiète un habitant, la soixantaine.

Faire appel aux Chinois pour défendre notre ville ?
Enfin, une demande à nos députés absents et aux poches  pleines de par les 30 millions de cts accordés en contre partie de leur silence : faites le minimum pour votre ville ou au moins faites le pour vos enfants !   Et à nos responsables une question : y a-t-il un problème d'hommes, ou problème d’incompétence ? Ou Bien le drame est dû à la politique de l’argent facile qui gangrène nos compétences ? Ou faut-il que  nous autres journalistes et citoyens honnêtes, dissolvions nos âmes  et rester coller  auprès de nos femmes et faire appel aux Chinois pour défendre notre ville ?

Riad
Dimanche 26 Août 2012 - 11:24
Lu 973 fois
A LA UNE
               Partager Partager


1.Posté par Atmane le 26/08/2012 12:51
Silence...On massacre dans toute l'Algérie avec la bénédiction de tous ces charognards qui vivent dans l'opulence , le pays a grand besoin d'un coup de balai .

2.Posté par Kamel-Mosta le 26/08/2012 14:02
Une 2ème page de pub et ce journal verra tout en rose (lol....)

3.Posté par koibich le 26/08/2012 18:00
enfin il y a un homme avec un grand h qui se souci de ce bled qu est ce quil y a je crois que c la fin du monde pensez un peu a vos enfants une vue sur l avenir sur lenvironnement arretez de donner des autorisations pour lextraction du sable de tuf je crois que vous ete pret a vendre ame et conciense pour un sou ouin rah el aahed nta chouhada bassa bassa

4.Posté par Sidi Mohamed le 26/08/2012 22:43
L'Algérie en général, Mostaganem en particulier, ont besoin d' Hommes, des hommes qui aiment cette merveilleuse patrie.

5.Posté par MOI le 27/08/2012 12:51
Le peuple est trop passif, il faut qu'il passe à la vitesse supérieur, prendre le pouvoir est la solution. la devise Algérienne est La République Populaire et Nationale! Le Pays appartient au Peuple STOP!

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+