REFLEXION

Sénatoriales et…transactions

Que pourrait-on faire pour barrer la route à ces reconvertis des temps modernes qui ne reculent devant rien pour accéder à la chambre haute du parlement.



Les arrangements et les transactions vont bon train et tous les moyens sont bons pour y parvenir avec la bénédiction discrète des tutelles politiques. Contrairement à ce qui se passe dans les coulisses, les leaders de certains partis politiques suspectés de verser dans l’achat purement et simplement des voix, sont montés ces derniers jours au créneau en dénonçant tout acte de corruption et condamnent le recours à cette voie pour accéder au Conseil de la nation. Ces déclarations sont venues juste après les révélations fracassantes de la patronne du parti des travailleurs qui avait affirmé que des élus relevant de sa formation politique ont été approchés par d’autres élus appartenant notamment au FLN et au RND, sollicitant leurs voix contre des rémunérations conséquentes. Ces comportements malsains et indignes, s’ils venaient à être confirmés, c’est toute la crédibilité de la chambre haute qui est en jeu et engagent parallèlement la responsabilité politique des formations concernées. La secrétaire générale du parti des travailleurs n’a pas mâché ses mots en révélant des noms et les sommes astronomiques proposés à ses élus dans plusieurs wilayas. Et ce sont les mêmes formations qui sont dans son collimateur. Alors est-ce des dérapages ? Ou tout simplement des méthodes anciennes qu’on fait ressortir à chaque fois que de besoin pour permettre à certains pervers d’y accéder à la haute sphère politique. Ni bagages intellectuels, ni mandat légitime, encore moins de popularité, alors comment pourrait-on imaginer un seul instant, que des énergumènes pareils osent s’aventurer sur un terrain qui n’est pas le leur, dont ils ignorent complètement la teneur, leur seul but reste est de faire partie de cette haute société à coup de millions de dinars, argent gagné sur le dos du contribuable. Se faire élire en Algérie, dans l’une des assemblées locales, semble le chemin tout tracé pour ces reconvertis pour arriver à leur fin, avec en bagage comme seule arme, le nerf de la guerre « L’argent », mettant ainsi les formations politiques dont ils relèvent dans des situations embarrassantes et politiquement difficiles à surmonter, leur but n’étant ni politique, ni pour améliorer une situation sociale collective, ni le bien être de leurs compatriotes, leur seul souci demeure bien évidemment l’intérêt personnel et le gain facile, et l’immunité entre autre, ils sont prêts à tout faire, quitte à chambouler tout l’ordre institutionnel pour y arriver. Ne serait-il pas plus judicieux d’éliminer cette nouvelle race de voraces pour protéger nos institutions et préserver notre image de marque.

Amara Mohamed
Mercredi 28 Octobre 2009 - 16:06
Lu 458 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+